OIE site principal
                                          

 

Français








https://rr-africa.oie.int/
Copyright © OIE 2011
Organisation Mondiale
de la Santé Animale
Editeur Responsable: Dr Y. Samake

 

 


La 79ème Session Générale : Le 5ème Plan Stratégique de l'OIE appliqué à l’Afrique est approuvé

La soixante-dix-neuvième Session Générale de l’OIE qui vient de conclure a eu lieu dans le cadre du 250ème anniversaire de la création de la première école vétérinaire et de la profession vétérinaire. Les membres de l'OIE de la région Afrique ont à nouveau présenté leurs positions avec « une voix » sur une série de questions d'intérêt pour l’Afrique. S.E. Le Président du Paraguay, M. Fernando Armindo Lugo Méndez était l'invité d'honneur lors de la cérémonie d'ouverture. Les invités d’honneur africains étaient M. Mamadou Korka Diallo (Ministre de l’Elevage de la Guinée), M. Ramootsi Lehata (Secrétaire d’Etat pour l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire du Lesotho), M. Barry E. Rafatrolaza, (Ministre de l’Elevage de Madagascar), M. Mahamane E. Ousmane (Ministre de l’Elevage du Niger), M. Benoît Ole Nangoro (Secrétaire d'État pour le Développement de l’Elevage et la Pêche de la Tanzanie) et M. Mamadou Kané (Secrétaire - Général du Ministère de l’Elevage et de la Pêche du Mali).

Dr Carlos Correa Messuti, Président de l’Assemblée Mondiale des Délégués de l’OIE (au deuxième plan) et Dr. Karim Ben Jebera, Chef de Service du Service de l’Information Zoo-sanitaire de l’OIE (au premier plan).
Photo © D. Mordzinski (oie) 2011

Dr Stuart K. Hargreaves, Délégué OIE du Zimbabwe et Membre de la Commission du Code de l’OIE, récipient 2011 de la Distinction du Mérite de Service à l’OIE (photo archive).
Photo © Botswana DVS (2008)

Le Dr. Stuart K. Hargreaves du Zimbabwe a reçu (in absentia) une distinction méritoire de service pour sa contribution exceptionnelle à la science vétérinaire et à l'OIE.

Au cours de la réunion de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique, le 23 mai, M. Habib Ben Yahia, le Secrétaire-Général de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) s'est adressé à la Commission. Le Dr. Yacouba Samaké a ensuite présenté les activités pour la région et les progrès réalisées en matière de  vision régionale et activités concernant le 5ème Plan Stratégique, tel qu’appliqué à l’Afrique. Il a également abordé l'initiative sous-régionale de stratégie sur le bien-être animal en Afrique australe (SARAWS).

Dr. Berhe Gebreegziabher a déposé sa démission comme Président et a été vivement remercié pour son excellent travail. Le nouveau bureau de la Commission Régionale, après que des élections aient été tenues, est constitué comme suit :

• Président : Dr. Mahamadou Saley (Niger)
• Vice-président : Dr. Mohamed Abdel Razig Abdel Aziz (Soudan)
• Vice-président : Dr. Marosi Molomo (Lesotho)
• Sécrétaire général : Dr. Adam Hassan Yacoub (Tchad)

Le mandat du bureau s’étend pour encore une année.

Le Dr. Yacouba Samaké, au nom du Directeur Général de l'OIE, a reçu une distinction honorifique de l’organisme statutaire vétérinaire du Ghana.

La Délégation de la Gambie (centre) reçoit le certificat de reconnaissance de la Gambie comme indemne de la peste bovine des mains du Directeur général de l’OIE (gauche) et du Président de l’OIE (droite).
Photo © D. Mordzinski (oie) 2011

Au cours des sessions de l'Assemblée Mondiale des Délégués, les amendements du Code Aquatique suivants ont été discutés et approuvés. La définition d’ « aliment » dans le glossaire a été maintenue. La nouvelle proposition pour la modification de la définition d'aliment dans le sens où elle pourrait inclure un organisme vivant tel qu’Artemia pour l’alimentation de certains animaux aquatiques n'a finalement pas été retenue. Les raisons avancées étaient les contradictions avec des définitions du Code Terrestre et celles de la Commission du Codex Alimentarius. Le chapitre 1.2 (des critères pour lister des maladies) a été adopté, mais avec une définition additionnelle de « affecte négativement »  pour les animaux aquatiques sauvages. Le terme Gyrodactylose a été remplacé par « infection avec Gyrodactylus salaris » pour des raisons d'uniformité.

Quant au Manuel Aquatique, la portée du chapitre 2.1.2 a été modifiée pour couvrir les familles principales d'Anura et de Caudata.

Des certificats officiels de reconnaissance de pays indemne de la peste bovine ont été remis au Sierra Leone, le Libéria (non membre de l'OIE), la Gambie, Sao Tomé et Principe et les Comores. C'était pendant la même session que le rapport du « Comité Conjoint OIE/FAO pour l’Eradication Mondiale de la Peste Bovine » a été présenté par William Taylor, et qui a prouvé que le virus avait cessé de circuler chez les animaux.  Ceci a été suivi de la déclaration historique de l’éradication mondiale de la peste bovine.

Les leçons apprises de cette éradication de la peste bovine ont été utiles pour développer une stratégie « envers le contrôle et l’éradication mondiale de la fièvre aphteuse ». L'outil conjoint FAO/OIE du Processus de Contrôle Progressif (PCP) de la fièvre aphteuse a été recommandé pour suivre et évaluer les accomplissements de cette stratégie mondiale, à être administré sous l’égide de la plate-forme GF-TADs.

Les contributions dues par les Membres qui font une demande pour la reconnaissance initiale ou le recouvrement d'un statut officiel de maladie (encéphalopathie spongiforme bovine, fièvre aphteuse et péripneumonie contagieuse bovine) ont été discutés et les révisions ont été adoptées. Le cas spécial des pays les moins avancés (PMA) a été pris en compte.

Les activités futures de la Commission Scientifique sur les Maladies Animales incluent la constitution d’un groupe ad hoc pour travailler sur la fièvre de Vallée du Rift, à inviter le Directeur-général à constituer un groupe de travail sur des catastrophes naturelles et la poursuite des travaux sur les maladies mellifères. La Commission en question a reçu beaucoup de commentaires de la part des Membres sur la rage et ceux-ci seront présentés pour adoption en mai 2012. Le chapitre sur la Peste des Petits Ruminants est à l'étude et le groupe ad hoc se réunira en juin, en se penchant en particulier sur la dissémination de la maladie en Afrique de l’Est et les parallèles avec l’éradication mondiale de la peste bovine.

Les changements suivants au Code Terrestre ont été débattus et approuvés. Le glossaire a été modifié en ce qui concerne la définition de « faune ». Celle-ci inclut dès à présent les animaux (domestiques) à l’état sauvage, les animaux sauvages captifs et les animaux sauvages.

Les maladies suivantes ont été rayé du Code : la tuberculose aviaire, l’entérite virale du canard, le choléra aviaire, la maladie de Marek (volaille) et l’encéphalomyélite à teschovirus (porcins). Aucune nouvelle maladie ne sera listée jusqu'à ce qu'on ait proposé un texte sur les objectifs du listage des maladies animales.

Concernant la compartimentation (chapitre 5.3.7.) un nouveau paragraphe a été ajouté sur la condition pour les autorités vétérinaires du pays exportateur d'informer sans délai le(s) pays d'importation de l'occurrence de la maladie pour laquelle le compartiment a été reconnu.

L'article 4.7 sur les embryons du bétail et des chevaux a été retiré parce qu'il contient des maladies, comme p.e. l’exanthème coïtal équin (EHV-3) qui ne sont pas les maladies listées par l’OIE.

Les chapitres sur le bien-être animal ont été affinés, par exemple en spécifiant explicitement que le délai d'attente pour des animaux d’embouche dans les aires d’attente des abattoirs devrait être réduit au minimum et ne pas dépasser 12 heures.

Concernant l'utilisation d’animaux de laboratoire, le nombre à être utilisé/réutilisé a également été spécifié pour éviter toute ambiguïté.

Le nouveau chapitre qui avait été proposé sur le bien-être des animaux dans des systèmes de production de poulets de chair (le chapitre 7.X) a été retiré suite à des discussions étendues. Les Membres ont été invités à soumettre des suggestions à la Commission du Code pour faciliter la fourniture de réponses acceptables aux inquiétudes soulevées.
Concernant les chapitres spécifiques aux maladies,

• Fièvre Catarrhale du Mouton ou Bluetongue : à noter le changement de la référence à «Protection des animaux contre les attaques de culicoïdes» à «animaux maintenus dans un établissement à l’épreuve des insectes vecteurs» pour être harmonisé avec le chapitre sur la peste équine et parce qu’il n’existe pas de preuve scientifique que tous les culicoïdes sont des vecteurs compétents.

• Fièvre aphteuse : le concept d'un programme de contrôle officiel de la fièvre aphteuse, approuvé par OIE a été adopté et un chapitre 8.5.47 bis a été introduit comme nouvel article dans l’ensemble des articles sur la surveillance de la fièvre aphteuse. Les modifications au chapitre 1.6 ont été également adoptées pour y inclure les procédures d’auto-déclaration et de reconnaissance officielle des programmes de contrôle de la fièvre aphteuse.

• Peste bovine : puisque la maladie a été éradiquée mondialement on n’exige plus de ré-confirmation annuelle du statut de pays indemne, ni d’exigences de la part des pays d'importation que le pays d’exportation soit indemne de la peste bovine. Par conséquent l'article 8.12.2 a été modifié. Une proposition a été adoptée pour préparer un nouveau texte sur la peste bovine et une fois que ce texte sera adopté, le chapitre sur la peste bovine sera rayé du Code.

• Maladie de Newcastle : l'article 10.13.21 sur les procédures pour l'inactivation du virus a été mis à jour et est maintenant similaire à celui pour l'influenza aviaire.

• PPCB : Le yak (Bos grunniens) a été ajouté à la liste des animaux susceptibles.

• Dermatose nodulaire : La proposition d’inclure un article sur les marchandises dénuées de risque (viande et les produits à base de viande, le lait et les produits laitiers) dans ce chapitre a été retirée et reste à l'étude.

• Peste Porcine Classique : Des amendements ont été apportés au texte concernant les porcs sauvages compte tenu de la nouvelle définition de faune. D’autres modifications importantes ont été apportées dans la partie sur la surveillance de la peste porcine classique. Des procédures pour l'inactivation du virus de le PPC dans des entrailles de porcs ont également été adoptées.

Un nouveau Centre Collaborateur de l’OIE pour l'Epidémiologie et le diagnostic des maladies animales émergentes, réémergences et transfrontalières dans les Caraïbes et en Amérique Centrale (Cuba) a été reconnu, soulignant son expérience importante dans le domaine de la gestion des catastrophes biologiques. Le Centre sera invité à ajouter cette thématique dans ces activités de collaboration avec l'OIE en vue de voir approuver une nouvelle dénomination avec une application révisée en 2012.

Le kit diagnostique Premi®Test Salmonella, commercialisé par DSM Premitest a été certifié et enregistré par l'OIE comme approprié aux objectifs (du Manuel) ou « fit for purpose » pour la confirmation rapide et la classification par sérotype de 22 sérotypes de Salmonella spp.  



     



Dr Marosi Molomo (gauche), Déléguée OIE du Lesotho et Dr Berhe Gebreegziabher, Délégué OIE de l’Ethiopie, respectivement Secrétaire – général et Président de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique.





Dr. Abdourahim Faharoudine (centre), Délégué OIE des Comores reçoit le certificat de reconnaissance de son pays comme indemne de la peste bovine, permettant ainsi la déclaration mondiale de l’éradication de la peste bovine.





Cérémonie de signature de l'accord de coopération entre l'Union du Magrhreb Arabe (UMA) et l'OIE. La Délégation de l'OIE était conduite par le Directeur-général, Dr Bernard Vallat, qui était accompagné par le Directeur-général adjoint, Dre Monique Eloit (à gauche), du Représentant du Conseil de l'OIE (Dr Rachid Bouguedour, Délégué de l'Algérie, à droite), du Représentant Régional de l'OIE pour l'Afrique, le Dr. Yacouba Samaké et du Représentant Sous - Régional de l'OIE pour l'Afrique du Nord, Dr. Faouzi Kechrid.





Audience accordée par le Directeur-général de l’OIE, Dr Bernard Vallat au Ministre de l'Elevage du Niger, S.E. M. Mahamane E. Ousmane (au centre), accompagné du Délégué du Niger et Président de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique, du Conseiller à la Communication du Ministre, de la Directrice des Finances du Ministère de l'Elevage du Niger. Le Représentant Régional de l'OIE pour l'Afrique, Dr Yacouba Samaké (à droite) a participé à cette audience.

 



Discours d’ouverture par le Ministre de l’Elevage de la République de Guinée, S.E. M. Mamadou Korka Diallo.



Discours d’ouverture par le Président de la République du Paraguay, S.E. Fernando Armindo Lugo Mendez.



Discours d’ouverture par le Secrétaire-d ’Etat au Développement de l’Elevage et de la Pêche de la République Unie de la Tanzanie, S.E. M. Benedict Ole Nangoro.



Lauréats de la compétition photographique le Vétérinaire dans la Vie Quotidienne. A gauche le lauréat du PRIX SPECIAL OIE, Bojia Endebu Duguma, avec une photo de la sensibilisation sur le bien-être des ânes en Ethiopie.

Délégués africains de l’ OIE au cours de la réception organisée par l’Ambassade de la Corée du Sud à Paris.



Jennifer Lasley (gauche) et Kate Glynn (droite) qui coordonnent le programme EPT IDENTIFY au Siège de l’OIE à Paris.



De gauche à droite : Neo Mapitse et Bonaventure Mtei (Représentation Sous-régionale de l’OIE pour l’Afrique australe, Gaborone), Christina Chisembele (epidemiologiste principal, NALEIC – Zambie, Lusaka), Susanne Münstermann (Service Scientifique et Technique de l’OIE, Paris) et Joseph Mubanga (Délégué OIE pour la Zambie, Lusaka).

pictures (c) D. Mordzinski (oie) 2011 & Mapitse (oie) 2011
sauf autre mention.

 
 
 

 
(c) 01.10.2008 - 06.06.2011          contactez le webmaster chez   click here