OIE site principal
                                          

 

Français








https://rr-africa.oie.int/
Copyright © OIE 2013
Organisation Mondiale
de la Santé Animale
Editeur Responsable: Dr Y. Samake

 

 


81e Session Générale : PPC et PPR sous les projecteurs

La 81e Assemblée Mondiale des Délégués de l’OIE a eu lieu à Paris du 26 au 31 mai 2013. L'OIE a eu l'honneur d'accueillir son Altesse Royale la Princesse Haya, Ambassadrice de Bonne Volonté de l'OIE. Plusieurs ministres de pays membres de l'OIE ont également honoré l'Assemblée de leur présence à la cérémonie d'ouverture qui a eu lieu le dimanche 26 mai au Centre de Conférences de l'Hôtel Marriott « Rive Gauche ».

Des discours ont été prononcés, entre autres, par deux ministres de tutelle africains, S.E. Saramady Touré de la Guinée et S.E. Diané Mariam Koné du Mali. Tous les ministres participants, des 5 régions de l'OIE, ont mis en évidence le Processus PVS de l'OIE en tant qu’outil pour améliorer les activités de leurs Services Vétérinaires (Thaïlande, Azerbaïdjan, Bolivie, République Dominicaine, Guinée, Mali, Kazakhstan, Pérou, Serbie, Turkménistan et Népal).

Plus de 800 participants, représentant les pays membres de l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) et de nombreuses organisations internationales, inter-gouvernementales, régionales et nationales (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, l’Organisation Mondiale de la Santé, la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale du Commerce, la Commission Européenne, etc.) ont pris part à l'événement.

Le représentant de la Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé une importante contribution pour appuyer le renforcement des Services Vétérinaires dans le monde entier.

Dr Moetapele Letshwenyo, ancien Délégué de l'OIE pour le Botswana et l'actuel Secrétaire Général Adjoint du Ministère de l'Agriculture et membre du groupe ad hoc de l'OIE sur la reconnaissance du statut officiel pour la fièvre aphteuse, a été l'un des deux récipients de la médaille du mérite de l'OIE pour 2013, illustrant l’appréciation de l’OIE pour le travail de fond qu'il a réalisé sur l’application du zonage pour la fièvre aphteuse au Botswana, sa contribution à la mise en place de la Représentation Sous-régionale de l'OIE à Gaborone et sa vaste expérience sur la fièvre aphteuse, qu’il a partagé au sein du groupe ad hoc. Quant à la Médaille d'Or, elle est revenue au Dr Carlos Correa - Messuti, ancien Président du Conseil de l'OIE pendant la période 2009 - 2012.

La table d’honneur de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique avec de gauche à droite: Dr Jaouad Berrada (Vice Président du Conseil de l'OIE et le Délégué pour le Maroc), Dr Yacouba Samaké (Représentant Régional de l’OIE pour l'Afrique) et Dr Theogen Rutagwenda (Vice Président de la Commission Régionale de l'OIE et le Délégué pour le Rwanda) en l'absence de la Présidente de la Commission Régionale, empêchée.
Photo © D. Mordzinski (oie) 2013

Au cours de la réunion de la Commission Régionale de l'OIE pour l’Afrique le lundi 27 mai, présidée par le Dr Theogen Rutagwenda, Délégué du Rwanda et Vice-Président de la Commission, le rapport d'activités de la Commission a été présenté, suivi par le rapport de Dr Yacouba Samaké, le Représentant Régional OIE pour l'Afrique.

La Commission Régionale pour l'Afrique, a également élu un nouveau Vice - Président en remplacement du Vice - Président et ancien Délégué du Tchad. Il s’agit du Délégué du Togo auprès de l'OIE, le Dr Komla Batasse Daniel Batawui. Environ 90 participants, dont des délégations des 38 Etats africains ont participé à la réunion.

Vue d'ensemble de l'auditoire de la Commission Régionale de l’OIE pour l'Afrique avec en premier plan le Dr Neo Mapitse (Représentant Sous-régional de l’OIE pour l'Afrique australe, à gauche) et le Dr Rachid Bouguedour (Représentant Sous-régional de l’OIE pour l'Afrique du Nord, à droite). Photo © D. Mordzinski (oie) 2013

Le 28 mai 2013, en marge de la Session Générale, Son Excellence, la Ministre de l'Elevage et de la Pêche du Mali, Mme. Diané Mariam Koné a signé un accord avec l'OIE qui met à jour l'accord de siège conclu avec l'OIE en 2000. S.E. Boubacar Sidiki Touré, Ambassadeur du Mali en France a participé à la cérémonie de signature.

Cérémonie de signature de l'accord de siège révisé entre l'OIE et la République du Mali.
De gauche à droite: S.E. Boubacar Sidiki Touré, Ambassadeur du Mali en France,
S.E. Diané Mariam Koné, Ministre de l'Elevage et de la Pêche du Mali et
Dr Abdelkader Diarra, Délégué OIE du Mali.
Photo © D. Mordzinski (oie) 2013

Au cours des sessions consécutives de l'Assemblée Mondiale des Délégués, les modifications suivantes du Code et du Manuel Sanitaire des Animaux Aquatiques ont été discutées et approuvées : la définition de Services chargés de la Santé des Animaux Aquatiques (SSAA) a été révisée pour inclure la nouvelle définition de Professionnel de la Santé des Animaux Aquatiques (PSAA) au lieu de Para-Professionnel Vétérinaire (PPV). Plusieurs maladies listées ont été renommé afin de mettre en exergue l'agent à l’origine des maladies (de l'infection), plutôt que la maladie-même, par exemple le « Syndrome ulcératif épizootique » des poissons a été rebaptisé « Infection par Aphanomyces invadans ». Une nouvelle infection des huîtres a été listé : l’infection due à un microvariant de l’herpèsvirus de l’huître de type 1, ainsi qu’une maladie du poisson : l’infection par l’alpha-virus des salmonidés.

Le chapitre révisé sur l'Anémie Infectieuse du Saumon (AIS), après avoir été rejeté en 2012, a été approuvé et distingue maintenant le RHP0 (non pathogène) et les variantes RHP. Le Laboratoire de Référence OIE pour l’AIS à l'Université de Prince Edward Island au Canada, a été rayé de la liste comme Laboratoire de Référence suite aux enquêtes effectuées par les Commissions Spécialisées pertinentes de l'OIE.

L'accréditation du kit de diagnostic IQ 2000/WSSV pour le Virus des Points Blancs de la Crevette comme adapté à l'usage prévu ( ou « fit for purpose » ) a été renouvelée, alors qu'un nouveau kit, IQ Plus/WSSV a été ajouté à la liste.

En raison de divergences d'avis entre les pays membres sur les preuves scientifiques qui concernent le stress, la douleur et/ou la détresse chez les poissons d'élevage, les modifications proposées au chapitre sur la mise-à-mort des poissons d'élevage à des fins prophylactiques n’ont pas été adopté et ont été reporté à la Session Générale de l'année prochaine.

Vue panoramique de l'Assemblée Mondiale. Photo © V. Brioudes (oie) 2013

Cette année, l'Assemblée Mondiale a également adopté des amendements aux chapitres sur la peste des petits ruminants (PPR) et la peste porcine classique (PPC) qui liste les conditions pour une reconnaissance officielle par l'OIE d'un pays indemne de ces maladies (avec questionnaire). Le Code Sanitaire des Animaux Terrestres compte désormais six maladies à reconnaissance officielle : ESB, fièvre aphteuse, péripneumonie contagieuse bovine, peste des petits ruminants, peste équine et peste porcine africaine.

Alors que des modifications supplémentaires au chapitre sur la peste équine ont dû être reportées à l'année prochaine, la date limite pour la soumission de demandes de reconnaissance de l'absence historique de la peste équine à la Commission Scientifique pour les Maladies Animales a été reporté d'un an. Bien que 60 pays ont déjà demandé ce statut, seules l'Algérie et la Tunisie ont pu l'obtenir au niveau de la région Afrique.

Les délégués de l'OIE ont également poursuivi leurs travaux dans le domaine de la résistance antimicrobienne en mettant à jour un important chapitre du Code Terrestre de l'OIE sur l'utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens en médecine vétérinaire (chapitre 6.9). Le chapitre propose des lignes directrices pour l'utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens en médecine vétérinaire, dans le but de protéger les animaux et la santé humaine, ainsi que l'environnement. Il définit les responsabilités respectives de l'autorité compétente et des parties prenantes telles que l'industrie pharmaceutique vétérinaire, les vétérinaires, les fabricants et les distributeurs d’aliments pour bétail, et les producteurs d’animaux à des fins alimentaires, qui sont impliqués dans l'autorisation, la production, le contrôle, l’importation, l’exportation, la distribution et l'utilisation de médicaments vétérinaires contenant des agents antimicrobiens.

Plusieurs autres changements du Code Sanitaire des Animaux Terrestres ont été discuté et approuvé. Les principales améliorations concernent l'adoption d'un nouveau chapitre sur le bien-être animal dans les systèmes de production de poulets de chair. Ce chapitre couvre la période de production à partir de l'arrivée des poussins à la ferme jusqu’à la récolte des poulets de chair dans les systèmes de production commerciale. Ces systèmes concernent le confinement des oiseaux, l'application des mesures de biosécurité et le commerce, quelque soit son étendue, des produits de ces oiseaux. Les recommandations portent sur des poulets élevés dans des cages, sur caillebotis, sur litière ou à même le sol en terre battue, à l'intérieur ou à l'extérieur.

Les propositions visant à radier de la liste de l’OIE deux maladies vésiculeuses (la maladie vésiculeuse du porc et la stomatite vésiculeuse), basée sur les nouveaux critères d'inscription des maladies à cette Liste, ont été reporté à l’année prochaine (chapitres 8.15 et 15.4.).

La modification du chapitre 8.10. a permis l'introduction d'un paragraphe sur le contrôle de la rage chez le chien, dont le but est d'encourager les pays dont la population canine est actuellement infectée par la rage de mettre en œuvre une stratégie de lutte structurée en vue de l'éventuelle élimination de la rage canine (article 8.10.1bis).

Afin de clarifier quelles souches de l’influenza aviaire sont couvertes par le Code et afin d’harmoniser la structure de ce chapitre avec les autres chapitres, l’ancien préfixe
« notifiable » a été supprimé étant donné que le nouveau chapitre définit clairement les infections au virus de type A de l’influenza aviaire hautement pathogène chez les oiseaux (en général) et toutes les infections au virus de type A de l’influenza aviaire faiblement pathogène chez la volaille (sous-types H5 et H7).

La Commission des Normes Biologiques a recommandé avec succès que le Centre Pan-Africain des Vaccins Vétérinaires (PANVAC) soit accrédité comme nouveau Centre Collaborateur de l’OIE pour le contrôle de la qualité des vaccins vétérinaires, avec Dr Karim Tounkara comme point de contact désigné. Le Centre est basé à Debre-Zeit, en Ethiopie. Dans l'ensemble, 11 nouveaux Centres de Référence ont été accrédités.

Aucune nouvelle épreuve diagnostique n’a été certifié en tant qu’adapté à l'usage prévu ( ou
« fit for purpose » ) pour le Manuel Terrestre, mais l’accréditation de deux kits (pour l'influenza aviaire et l'ESB) ont été renouvelé après une première accréditation de 5 ans

     



Le Secrétaire-Général Adjoint du Ministère
Botswanais de l'Agriculture, ancien Délégué
de l'OIE et Membre du groupe ad hoc de l'OIE
pour la reconnaissance des statuts officiels
pour la fièvre aphteuse, le Dr Moetapele
Letshwenyo (à gauche) reçoit la Médaille
du Mérite des mains de la Présidente de l'OIE,
Dre Karin Schwabenbauer (à droite).



Le Secrétaire-Général Adjoint du Ministère
Botswanais de l'Agriculture, ancien Délégué
de l'OIE et Membre du groupe ad hoc de l'OIE
pour la reconnaissance des statuts officiels
pour la fièvre aphteuse, le Dr Moetapele
Letshwenyo.

La Ministre de l'Elevage et de la Pêche du Mali,
Mme Diané Mariam Koné.



Le Ministre de l'Elevage de la Guinée,
Mr. Saramady Touré



Le Directeur-général de l'OIE, Dr Bernard Vallat
(à gauche) et la Présidente de l'Assemblée
Mondiale des Délégués de l'OIE, Dre Karin Schwabenbauer (à droite).



Dre Aziza Mustafa du Service de l'Information
Zoo-Sanitaire de l'OIE à Paris.



De gauche à droite : S.E. Boubacar Sidiki Touré, Ambassadeur du Mali en France, S.E. Diané Mariam Koné, Ministre de l'Elevage et de la Pêche du Mali, Dr Bernard Vallat, Directeur-général de l'OIE et Dr Abdelkader Diarra, Délégué OIE du Mali.



Le Délégué OIE de l'Afrique du Sud et Membre du Conseil de l'OIE, Dr Botlhe Michael Modisane
(à droite) salue le Dr Bernard Vallat,
Directeur-général de l'OIE.

Dr Bernard Vallat, Directeur-général de l'OIE.



Le nouvel Vice Président elu de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique, le Dr. Komla Batawui, Délégué OIE du Togo (au premier plan).
Photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2013.

Toutes les photos (c) D. Mordzinski (oie) 2013, sauf mention contraire.


 
 
 

 
(c) 01.10.2008 - 31.05.2013    contactez le webmaster chez [ Demographix ]