GF-TADs Afrique

4e Réunion de la feuille de route du GF-TADs pour la fièvre aphteuse en Afrique de l'Est

La fièvre aphteuse est une importante maladie animale transfrontalière qui affecte gravement la production animale et perturbe les échanges régionaux et internationaux d’animaux et de produits animaux. Cette maladie, qui reste endémique dans de nombreux pays africains, compromet la sécurité alimentaire et le développement économique, tant au niveau des petits exploitants villageois que des chaînes de production plus organisées qui approvisionnent les marchés urbains et d’exportation.

Afin d’aider la région de l’Afrique de l’Est à renforcer sa capacité à répondre efficacement à cette maladie dévastatrice, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), avec le soutien technique de la Commission européenne pour le contrôle de la fièvre aphteuse (EuFMD), ont tenu du 29 au 31 mars 2022 la quatrième réunion de la feuille de route sur la fièvre aphteuse, organisée par le groupe de travail sur la fièvre aphteuse du Cadre mondial pour la maitrise progressive des maladies animales transfrontalières (GF-TADs). Les pays participants étaient le Burundi, la République Démocratique du Congo, Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, Rwanda,  la Somalie, le Sud-Soudan, le Soudan et la République-Unie de Tanzanie.

Cette réunion à eu lieu sous l'égide du

Cadre Mondial pour la maitrise progressive des Maladies Animales Transfrontalières

Au cours de la réunion de trois jours, les participants ont renforcé leur compréhension de la boîte à outils du Processus de lutte progressive contre la fièvre aphteuse (PCP-FMD), y compris l’outil d’auto-évaluation (ou Self-Assessment Tool, SAT) du PCP-FMD et le système des agents de soutien du PCP-FMD (PCP-FMD Support Officers ou PSO) pour aider et guider les pays dans le développement, la soumission, la mise en œuvre et le suivi des stratégies nationales. La réunion comprenait également des discussions visant à identifier les priorités régionales et le soutien clé dont les pays ont besoin de la part des partenaires au développement pour maitriser la fièvre aphteuse et pour renforcer leurs systèmes de surveillance et leurs capacités de laboratoire, ainsi que la mise à jour du Groupe Consultatif Régional (GCR) sur la fièvre aphteuse pour contrôler et suivre les recommandations de la feuille de route régionale sur la fièvre aphteuse.

Le nouveau GCR élu (pour les trois prochaines années) à l’occasion des cette réunion comprends le Djibouti, le Rwanda, le Soudan et sera présidé par le Délégué OIE du Rwanda, le Dr Fabrice Ndayisenga. Le GCR est également constitué des représentants des réseaux régionaux d’épidémiologie (EAREN) et de laboratoires (EARLN).

La réunion s’est tenue en présence du Centre de l’IGAD pour les zones pastorales et le développement de l’élevage (ICPALD), et du Secrétariat de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC).

La quatrième réunion de la feuille de route a été officiellement ouverte par la Coordinatrice sous-régionale du Bureau de la FAO pour l’Afrique de l’Est, la Dre Ricarda Mondry, qui a affirmé que “l’objectif de cet atelier est de partager et de mettre à jour les données sur la circulation du virus de la fièvre aphteuse dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, d’évaluer les progrès et les lacunes de chaque pays et de réunir les partenaires concernés pour aider les pays à renforcer leurs capacités de surveillance, de diagnostic et de contrôle de la maladie”.

Le Représentant sous-régional de l’OIE pour l’Afrique de l’Est, le Dr Samuel Wakhusama, a ajouté que “le GF-TADs est un processus progressif. Au cours de cette réunion, nous aurons l’occasion de faire le point sur les progrès accomplis”.

Fabrizio Rosso, Secrétaire exécutif adjoint de la Commission européenne pour la lutte contre la fièvre aphteuse (EuFMD), a ajouté que “l’EuFMD aide les pays à progresser dans la lutte contre la fièvre aphteuse par le biais du PCP-FMD, des opportunités d’apprentissage virtuel et d’autres outils, quand et où cela est nécessaire”.

Au nom du Directeur de l’ICPALD, le Dr Ameha Sebsibe a reconnu le rôle de la FAO, de l’OIE, des États membres et des partenaires dans la lutte contre la fièvre aphteuse en Afrique de l’Est et a déclaré qu’il était important de revoir le processus de prévention et de maitrise de la fièvre aphteuse et les campagnes de vaccination.

En représentation du Secrétariat de l’EAC, M. David Balikowa a affirmé que les pays voisins sont essentiels pour contrôler la propagation de la fièvre aphteuse, ainsi la stratégie régionale pour le contrôle et la prévention des maladies zoonotiques prioritaires est un mécanisme très important.

Réduire le fardeau de la fièvre aphteuse au niveau mondial

Afin de réduire l’impact de la fièvre aphteuse dans le monde, la FAO et l’OIE ont élaboré une stratégie mondiale de lutte contre la fièvre aphteuse, approuvée en 2012 par les représentants de plus de 100 pays et partenaires internationaux et régionaux. Cette stratégie est mise en œuvre au niveau national, tandis que ses progrès sont évalués au niveau régional par le biais de plateformes de feuilles de route, qui permettent la formulation de programmes harmonisés et l’échange d’informations sur la circulation du virus de la fièvre aphteuse, la vaccination et d’autres initiatives de lutte. Les feuilles de route régionales sont organisées sur la base d’actions coordonnées au sein du Cadre mondial pour la maitrise progressive des maladies animales transfrontalières (GF-TADs), par le groupe de travail GF-TADs sur la fièvre aphteuse, en collaboration avec les bureaux régionaux de l’OIE et de la FAO, les communautés économiques régionales, les organisations régionales, avec le soutien technique et opérationnel de la Commission européenne de lutte contre la fièvre aphteuse (EuFMD).

En savoir plus

GF-TADs Afrique

Afrique

Stratégie Régionale du GF-TADs Afrique

Lecture recommandée
Afrique

FMD

Lecture recommandée
Partagez sur les réseaux sociaux