Paris, France

78ème Session Générale de l'OIE : Directeur-général réélu pour 5 an, Lesotho déclaré indemne de fièvre aphteuse

S.E. Le. Ministre de l’Elevage, Foresterie et Pastoralisme de la Somalie, M. Abukar Abdi Ossman, recevant le certifcat officiel de l’OIE de pays indemne de la peste bovine, des mains du Dr. Bernard Vallat, Directeur général

 

La 78ème Session Générale de l’OIE, qui vient de s’achever a été l’occasion de renouveler le mandat de l’actuel Directeur – général, Dr. Bernard Vallat, pour encore 5 ans, ce qui lui donnera l’opportunité de réaliser le 5ème Plan Stratégique 2011-2015, approuvé par la même occasion par l’Assemblée Mondiale des Délégués.

 

 

Le point culminant de la session d’ouverture était la présence de S.A.R. la Princesse Haya Bint El Hussein de Jordanie, en sa capacité de Pésidente de la Fédération Equestre Internationale (FEI).

Les invités d’honneur africains étaient le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural de l’Algérie, Dr Rachid Benaissa, le Ministre de l’Elevage et de la Mer, en charge des ressources hydrauliques du Djibouti, Mr. Abdoulkader Mohamed Kamil, la Ministre de l’Elevage, Mme Oumou Khaïry Gueye Seck, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage du Niger, Mr. Malick Sadelher, ainsi que le Ministre de l’Elevage, de la Foresterie et du Pastoralisme, Mr. Abukar Abdi Ossman.

Des certificats de statut officiel de pays indemne de la peste bovine ont été remis aux représentants du Cameroun, de la République Centrafricaine, le Djibouti, le Niger, le Nigeria, la Somalie et la Tchad. Par la même occasion, et sur recommandation de la Commission Scientifique pour les maladies animales, le Lesotho a –pour la première fois- été déclaré indemne de fièvre aphteuse, le Swaziland a récupéré son statut de pays indemne de la fièvre aphteuse, suite aux foyers de 2000 – 2001, le Botswana a rajouté une zone indemne de la fièvre aphteuse (sans vaccination) a son dispositif d’exportation.

Aucun pays (africain) a pu améliorer son statut vis-à-vis de l’ESB (tous les pays africains restent au niveau de «risque indéterminé») et aucun changement n’est intervenu sur le statut des pays membres vis-à-vis de la PPCB. Les craintes que la PPCB serait rayée de la liste des (4) maladies « officiellement reconnues » (contrairement aux statuts auto-déclarés) se sont vu invalidés par le plaidoyer de la République Populaire de Chine qui a fait connaître son intention d’entrer dans le processus de pays indemne de PPCB dans les mois à venir.

Par ailleurs, il a été approuvé le principe de l’introduction d’une première maladie équine, la peste équine, à cette liste de maladies à reconnaissance officielle. Cela augmentera le nombre de maladies ayant un processus audité par l’OIE à 5 dans l’avenir, en attendant le développement de la procédure pour la maladie en question : la peste bovine, la fièvre aphteuse, la PPCB, l’ESB et la peste équine. En principe, celle-ci sera bientôt suivie d’une deuxième maladie équine, la morve.

Concernant le Code terrestre, les principales modifications sont liées à la possibilité de compartimentation pour la fièvre aphteuse et la leucose bovine, alors que les dispositions pour pouvoir atteindre une telle reconnaissance de compartimentation sont maintenant clairement énumérées dans les chapitres horizontaux (volume 1) du Code : § 4.3.3. et 4.4. Les chapitres sur S.enteritidis et S.typhimirium (6.6.) ont été supprimés au bénéfice d’un chapitre générique plus complet sur la prévention, la détection et le contrôle des salmonelloses dans les exploitations avicoles (6.5.). Plusieurs chapitres sur les maladies (le volume 2) ont été complétés par des sections sur le commerce des marchandises dénuées de risque (maladie d’Aujeszky, fièvre catarrhale du mouton, fièvre de la vallée du Rift, fièvre du Nil occidental).

Concernant la peste porcine classique, il est maintenant acquis que des pays, zones ou compartiments peuvent être considérés comme indemnes de l’infection, même si la vaccination est appliquée, dès lors que le vaccin permet de distinguer des animaux infectés des animaux vaccinés (principe DIVA).

La cysticercose bovine, la dermatophilose, la lymphangite épizootique, la variole équine, la gale des équidés et la rhinite atrophique du porc ont été rayée en tant que maladies listées par OIE.

La définition « d’autorité compétente » a été revue dans le Code terrestre et dans le Code aquatique, alors que ce dernier présente maintenant une définition des « Services chargés de la santé des animaux aquatiques ». Le chapitre 3.1. relatif à la qualité de ces Services a été considérablement passé en revue et aligné avec le Code terrestre.

Par ailleurs, dans le Code aquatique, l’hépato-pancréatite nécrosante (à l’étude depuis 2009) sera maintenant listée.

De nouveaux Laboratoires de Référence de l’OIE ont été reconnus aux Etats-Unis (rage), en Corée (maladie de Newcastle), en Italie (fièvre du Nil occidental) et à Taïpeh chinois (paraherpès-virose de l’ormeau).

Un nouveau Centre Collaborateur conjoint OIE a été reconnu au Canada et en Norvège (Centre Collaborateur de l’OIE pour l’épidémiologie et l’évaluation des risques des maladies des animaux aquatiques) ainsi qu’aux Etats-Unis (Centre Collaborateur de l’OIE pour la surveillance des maladies d’animales et l’analyse de risque) et au Japon (Centre Collaborateur de l’OIE pour le contrôle et le diagnostic des maladies animales prioritaire en Asie et pour l’évaluation des produits vétérinaires relatives à ces maladies)

La Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique, en réunion plénière le 23 mai, a renouvelé, sur demande des intéressés, une partie du Bureau de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique. Le Président sera dorénavant le Dr Berhe Gebreeziabher (Ethiopie) avec comme Vice-présidents Dr. Mohamed Abdel Razig Abdel Aziz (Soudan) et Dr. Mahamadou Saley (Niger). Dr. Marosi Molomo (Lesotho) demeure Secrétaire-général. Le mandat de cette Commission expire en mai 2012.

Crédit photos (c) D. Mordzinski et P. Bastiaensen (oie) 2010, sauf mentions contraires.

Plus d'informations (Session Générale précédente) :

Paris, France

77ème Session Générale de l'OIE : sa pertinence pour l'Afrique...

31/05/2009
Lecture recommandée
Partagez cet article