Tunis, Tunisie

Atelier régional sur la procédure OIE pour la validation d’un programme national officiel de contrôle au regard de la fièvre aphteuse et de la peste des petits ruminants

Cérémonie d’ouverture [de gauche à droite : Dr. Simona Forcella (Chargée de mission, Service des statuts, Siège de l’OIE) – Dr Rachid Bouguedour (Représentant sous-régional de l’OIE pour l’Afrique du Nord) – M. Samir Attaieb (Son Excellence le Ministre tunisien de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche) – Dr. Malek Zrelli (Délégué OIE et Directeur des Services Vétérinaires de Tunisie) – © OIE – Jocelyn Mérot

La Représentation sous-régionale de l’OIE pour l’Afrique du Nord et le Service des Statuts de l’OIE (service du siège parisien) ont organisé à Tunis (Tunisie) du 14 au 16 mars 2017 un Atelier régional sur la procédure OIE pour la validation d’un programme national officiel de contrôle au regard de la fièvre aphteuse et de la peste des petits ruminants à destination des pays africains francophones.

Cet atelier a été inauguré par Son Excellence le Ministre tunisien de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, M. Samir Attaieb.

CONTEXTE

L’OIE a élaboré une procédure pour la reconnaissance officielle du statut sanitaire pour six maladies ayant un caractère d’importance au niveau économique, à savoir la fièvre aphteuse, la peste équine, la peste porcine classique, la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB), la peste des petits ruminants (PPR) et le risque d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). En outre, l’OIE a étendu cette procédure à la validation de programmes nationaux officiels de contrôle de la fièvre aphteuse, la PPCB et la PPR.
La reconnaissance officielle du statut sanitaire des Pays membres est essentielle pour le commerce international et constitue un des liens juridiques les plus importants entre l’OIE et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), dans le cadre de l’accord de l’OMC sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS), entré en vigueur en 1995.

OBJECTIF GENERAL DU PROGRAMME

L’objectif du programme national officiel de contrôle validé par l’OIE est que les Pays membres de l’OIE puissent améliorer progressivement la situation sur leurs territoires avec le but final d’obtenir le statut indemne de PPR.

Cet atelier a permis aux Pays membres de renforcer leurs capacités à évaluer leur situation. Ainsi, lorsqu’un pays présente des chances d’être reconnu indemne de fièvre aphteuse, de PPR ou d’une autre maladie pour laquelle l’OIE possède une procédure de reconnaissance, il sera en mesure de constituer un dossier clair, objectif et concis de demande de validation d’un programme de contrôle ou de reconnaissance officielle de statut correspondant à sa situation.

OBJECTIFS DE L’ATELIER

L’atelier s’est essentiellement concentré sur la procédure pour la validation d’un programme national officiel de contrôle. Il visait à renforcer les compétences des Pays membres francophones d’Afrique, afin qu’ils puissent mieux constituer leurs dossiers pour la validation d’un programme national officiel de contrôle pour la fièvre aphteuse et/ou pour la PPR – avec, à plus long terme, la possibilité d’une reconnaissance officielle d’un statut au regard de la fièvre aphteuse et/ou de la PPR, conformément au Code sanitaire pour les animaux terrestres.

Objectifs spécifiques :

  • Fournir aux participants des informations sur les normes et les procédures de l’OIE relatives à la validation d’un programme national officiel de contrôle ainsi qu’à la reconnaissance officielle d’un statut au regard de la fièvre aphteuse et de la PPR ;
  • Susciter la prise de conscience de l’intérêt d’avoir des zones ou des pays indemnes de maladie, dont les avantages ont déjà été abordés plus haut ;
  • Donner aux Pays membres les compétences pour préparer les dossiers pour la validation par l’OIE de leurs programmes nationaux officiels de contrôle et/ou pour la reconnaissance officielle d’un statut au regard de la fièvre aphteuse et de la PPR et pour les questions techniques y afférentes ;
  • Clarifier le rôle des pays et leurs responsabilités lors de la préparation et de la soumission de leur dossier ;
  • Renforcer le réseau sous régional de vétérinaires travaillant sur la fièvre aphteuse et la PPR
  • Offrir une expertise sur les questions techniques relatives aux programmes
  • Expliquer le lien entre les stratégies globales pour la fièvre aphteuse et la PPR, et la Procédure OIE pour la validation des programmes officiels de contrôle

RÉSULTATS

Au total 40 représentants des services vétérinaires, dont 12 délégués OIE, de 21 pays francophones africains (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cabo Verde, Cameroun, Centrafricaine (Rép.), Congo Brazaville, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Maroc, Mauritanie, Niger, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Tchad, Togo, Tunisie) ont participé à cet atelier. Associés aux deux représentantes du Service des Statuts de l’OIE (Dr. Morgane DOMINGUES et Dr. Simona FORCELLA), des experts des laboratoires français et italien de référence de l’OIE pour la fièvre aphteuse (Dr. Labib BAKKALI KASSIMI pour l’ANSES et Dr. Emiliana BROCCHI pour IZSLER), ainsi qu’un membre de la Commission des Laboratoires de l’OIE (Dr. Mehdi EL HARRAK), ont animé cet atelier au cours duquel de nombreux travaux de groupes ont été menés.

Au terme de cet atelier :

  • Les Pays membres francophones d’Afrique pourront s’approprier la méthode de rédaction de programmes nationaux officiels de contrôle et de reconnaissance de statuts officiellement indemnes ;
  • Les Pays membres pourront alors progressivement apprendre la mécanique de soumission de dossiers constitués de manière claire et complète et en accord avec la procédure OIE en vue, à terme, de leur validation.

Perspectives à plus long terme :

  • Un plus grand nombre de pays devraient avoir des programmes officiels de contrôle pour la fièvre aphteuse et/ou la PPR validés par l’OIE, de même qu’un plus grand nombre de zones indemnes de maladie ;
  • Le commerce intra et inter-régional d’animaux et de leurs produits dérivés devrait ainsi s’améliorer qualitativement.

Photo de groupe. Crédit photo © J. Mérot (oie) 2017.

Téléchargez les présentations :

Crédit photos © J. Mérot (oie) 2017, sauf mentions contraires

Partagez cet article