RAM

Comprendre la résistance aux antiparasitaires dans la production animale en Afrique

L’OIE a mené deux enquêtes dans la région africaine en 2020 et 2021 et vous trouverez ci-dessous un résumé des résultats reçus des pays de la région : il s’agissait d’une enquête sur les agents antiparasitaires et la résistance chez les animaux terrestres et aquatiques et d’une enquête sur les responsabilités pour l’utilisation prudente des anthelminthiques.

Résistance aux anthelminthiques

Les réponses ont permis de constater que le statut de la résistance aux anthelminthiques était largement inconnu, tant au niveau national (71%) que local (66%). De même, la plupart des pays répondants sont très peu sensibilisés ou disposent de peu d’informations sur la résistance aux anthelminthiques (60 %) et indiquent que les vétérinaires ne procèdent pas systématiquement à des tests de réduction de la numération fécale des œufs (FECRT) pour évaluer la résistance aux anthelminthiques (80 %).

Disponibilité des produits chimiques anthelminthiques, surveillance réglementaire et pharmacovigilance

En ce qui concerne l’environnement réglementaire des anthelminthiques, les réponses ont été majoritairement positives, la plupart des pays répondants indiquant que les pratiques d’enregistrement sont complètes et que les autorités compétentes ont mis en place des mesures pour réglementer la commercialisation, l’étiquetage et le contrôle de la qualité des anthelminthiques (73%). La plupart des pays répondants ont mis en place des systèmes de contrôle réglementaire appropriés pour lutter contre la production/importation non autorisée (94%). Les autorités compétentes de la majorité des pays répondants exigent également un certificat d’analyse (94%) et des étiquettes contenant une description détaillée des caractéristiques du produit et des instructions pour une utilisation correcte des anthelminthiques avant d’enregistrer les anthelminthiques.
Cependant, seule la moitié environ des réponses indiquent que les pays ont accès à des services de laboratoire de contrôle et d’assurance qualité (53%) et appliquent les directives existantes établies par la Coopération internationale sur l’harmonisation des exigences techniques pour l’enregistrement des médicaments vétérinaires ou VICH (47%). Les périodes de retrait/de rétention des médicaments, la surveillance réglementaire des maladies parasitaires et la pharmacovigilance sont mises en œuvre par moins de la moitié des pays étudiés et les anthelminthiques sont vendus directement aux éleveurs dans la plupart des pays (65%). En outre, les emballages des médicaments anthelminthiques ne comportent pas d’informations sur la protection de l’environnement dans 47 % des pays.

 

Bien que les anthelminthiques soient vendus directement aux éleveurs dans la plupart des pays, les vétérinaires restent les principaux décideurs de l’utilisation des anthelminthiques (87%). La plupart des pays interrogés ont déclaré que les vétérinaires conseillent les éleveurs sur les plans de santé animale, y compris la lutte contre les parasites (94 %). Bien que la plupart des pays interrogés demandent à leurs vétérinaires d’entreprendre et de maintenir une formation sur le choix, l’utilisation et l’administration des anthelminthiques (56 %), beaucoup sont encore en train de renforcer leurs capacités (38 %).
Seule la moitié environ des pays répondants ont indiqué que les éleveurs avaient accès à des conseils sur l’utilisation correcte des anthelminthiques (51%) et que les produits étaient stockés de manière appropriée.

Démonstration de l’usage de produits “pour-on” au Togo. Photo (c) P. Bastiaensen (FAO) 1997

environ la moitié des pays (...) ont indiqué que les éleveurs avaient accès à des conseils sur l'utilisation correcte des anthelminthiques (51%)

Les répondants ont identifié une importante lacune dans la capacité vétérinaire de la région à détecter et à signaler les infractions à la pharmacovigilance et la résistance aux anthelminthiques

En conclusion

Par conséquent, les pays africains sont encouragés à poursuivre la coopération régionale et sous-régionale, à tenir compte des lignes directrices du VICH lors des procédures d’enregistrement des médicaments antiparasitaires, à établir et à utiliser les laboratoires de contrôle et d’assurance de la qualité des médicaments existants, comme le montre l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui comprend huit (8) États (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) et les autres pays d’Afrique australe.

a veterinarian supervising cattle's taking a dip

plus d'information

Veterinary Medicinal Products
P.M.V.

Œuvrer pour une convergence réglementaire et l'harmonisation des autorisations de mise-sur-le-marché, pour une utilisation prudente et responsable des produits vétérinaires

19/01/2020
Lecture recommandée
Partager sur les réseaux sociaux