Kinshasa, RDC & Entebbe, Ouganda

Lancement continental du programme EPT pour l'Afrique (IDENTIFY)

Kampala, Ouganda et Kinshasa, RDC étaient les villes-hôtes pour le lancement officiel du programme financé par USAID “Menaces Pandémiques Emergentes”, le 27 et le 30 avril respectivement. Ce programme très ambitieux, sur 5 ans, pour un montant de USD 500 millions, a comme objectif de s’occuper de plusieurs aspects liés aux menaces pour la santé humaine, causées par des pathogènes émergents et potentiellement pandémiques. Le projet est constitué de cinq composantes individuelles, mais étroitement inter-dépendantes : PREVOIR, PREPARER, PREVENIR, REAGIR et IDENTIFIER. Le projet met de quelque sorte en pratique les principes de l’approche Un seul Monde, une seule Santé.

 

Crédit photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2010

 

Crédit photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2010

 

En effet, la vitesse avec laquelle les maladies d’origine animale qui posent un risque aux humains – y compris le VIH/SIDA, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la grippe aviaire H5N1, et le virus de la grippe H1N1 2009 – peuvent émerger et s’étendre à travers notre globe de plus en plus interconnecté, présente d’énormes contraintes de santé publique, économiques, et de développement. Cette menace souligne le besoin d’une approche exhaustive et proactive qui s’appuie sur un large éventail de ressources techniques pour établir des capacités robustes de détection et de riposte. Le programme EPT (« emerging pandemic threats » ou menaces pandémiques émergentes) de l’agence USAID mobilisera des ressources afin de détecter des agents pathogènes dangereux à un stade précoce, établir des capacités appropriées au niveau des laboratoires pour soutenir la surveillance, réagir de façon appropriée et opportune, renforcer les capacités nationales et locales en matière de riposte et éduquer les populations à-risque sur les façons d’empêcher l’exposition à ces agents pathogènes dangereux. Le programme EPT est géré par USAID avec l’appui technique des institutions Américaines Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et le United States Department of Agriculture  (Ministère de l’Agriculture des Etats Unis)

Le programme EPT est un ensemble d’interventions exhaustives et interconnectées qui sera mis en application à travers cinq projets, dont chacun requerras des exigences en compétences techniques spécifiques, mais qui travailleront harmonieusement ensemble pour fournir une assistance technique et de l’expertise intégrées au niveau du terrain. Les cinq projets dans le programme EPT sont :

 PREDICT (PREVOIR) : USAID a octroyé un accord de coopération de cinq ans à un consortium d’experts éminents en matière de surveillance de la faune sauvage, y compris la Davis School of Veterinary Medicine de l’Université de Californie, Wildlife Conservation SocietyWildlife TrustThe Smithsonian Institute, et Global Viral Forecasting, Inc. afin de surveiller et d’augmenter les capacités locales dans des « hot spots » (lieux de prédilection) géographiques pour identifier l’apparition de nouvelles maladies infectieuses chez les espèces sauvages à haut risque telles que les chauve-souris, les rongeurs, et des primates non-humains qui pourraient constituer une menace importante pour la santé humaine. Cette coopération est basée sur la surveillance en cours vis-à-vis des oiseaux sauvages pour le virus de la grippe H5N1 et vise d’une manière plus large à élucider le rôle joué par la faune comme facilitateur de l’apparition et de la diffusion de nouvelles menaces sanitaires.

 RESPOND (REAGIR) : USAID a octroyé un accord de coopération de cinq ans à une coalition de ressources techniques comprenant Development Alternatives, Inc.University of MinnesotaTufts UniversityTraining and Resources Group, et Ecology and Environment, Inc. afin de renforcer les capacités humaines des pays à identifier et à répondre aux manifestations de maladies nouvellement émergentes dans des délais raisonnables et d’une manière durable. Ce projet se concentrera sur le développement de formations sur des investigations et des ripostes à des foyers, en fusionnant des dynamiques de santé animale et de santé humaine envers une capacité exhaustive, capable de détecter et de contrôler des maladies. Cet accord repose sur 30 ans d’expérience de USAID en matière de renforcement à long terme des capacités par la formation de santé à travers le jumelage d’institutions académiques Américaines et locales.

 PREVENT (PREVENIR) : USAID a octroyé un accord de coopération de cinq ans à The Academy for Educational Development and Global Viral Forecasting, Inc. afin d’établir une réponse efficace de communication de changement de comportement vis-à-vis de maladies zoonotiques, de soutenir des efforts pour caractériser des pratiques “à haut risque” qui augmentent le potentiel pour de nouvelles menaces sanitaires en provenance de la faune ou des produits de faune à se propager et à infecter l’homme. Formulation de stratégies de changement de comportement et/ou de stratégies de communication qui relèvent les défis posés par l’apparition d’une nouvelle maladie infectieuse. Cet accord de coopération repose sur des programmes de USAID en cours visant le changement de comportement et la communication afin d’empêcher la transmission du H5N1.

 PREPARE (PREPARER) : USAID a octroyé un accord de coopération de trois ans à International Medical Corps pour fournir un appui technique en matière de simulations et d’essais de terrain de plans d’urgences pandémiques nationaux, régionaux et locaux pour s’assurer que les pays ont la capacité de mettre en application des plans d’urgence efficacement pendant des événements pandémiques.

 IDENTIFY (IDENTIFIER) : USAID travaille avec l’Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies (OMS), l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture des Nations Unies (FAO) et l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) à travers des donations existantes pour soutenir le développement de réseaux de laboratoires et le renforcement de capacités de diagnostic pour des nouvelles maladies émergentes qui puissent apparaître dans les « hot spots » ou lieux de prédilection géographiques
Dans ce cadre, l’OIE aidera une sélection de laboratoires vétérinaires au sein et en dehors de la région de l’Afrique Centrale (le bassin du fleuve Congo étant l’un des lieux de prédilection) à développer leur expertise et leur capacité afin de fournir des services diagnostiques spécialisés (de référence) aux services vétérinaires et aux services de santé publique nationaux dans les pays couverts par le projet, c.-à-d. le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, l’Ouganda, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la République du Congo, le Rwanda, et la Tanzanie. Le programme sera coordonné par le Service Scientifique et Technique de l’OIE à Paris et par la Représentation Sous-régionale de l’OIE pour l’Afrique australe à Gaborone.

D’autres lieux de prédilection géographiques sont le bassin du fleuve Amazone en Amérique du Sud, les plaines du fleuve Ganges en Asie du Sud et le delta du fleuve Mékong en Asie du Sud-Est.

Téléchargez le rapport (Entebbe) :

Crédit photos (c) P. Bastiaensen (oie) 2010

Plus d'informations :

20/05/2022
Lecture recommandée
Partagez cet article