Pretoria I Dar es Salaam

Jumelage des ordres vétérinaires Sud-Africains et Tanzaniens clôturé

L’Afrique du Sud et la Tanzanie font partie des 182 Membres de l’OIE qui soutiennent les objectifs de la coopération internationale dans la lutte contre les maladies animales dans le monde. Au cours des 18 derniers mois [avril 2018 à janvier 2020], l’Ordre Vétérinaire de la Tanzanie (Veterinary Council of Tanzania, VCT) et l’Ordre Vétérinaire de l’Afrique du Sud (South African Veterinary Council, SAVC) ont entrepris un programme de jumelage financé par l’OIE dans le but d’améliorer l’efficacité de l’exécution des tâches réglementaires mises en oeuvre par le VCT et le SAVC.

Comment les organismes statutaires vétérinaires [OVS], tout en réglementant les vétérinaires et les para-professionnels vétérinaires, contribuent-ils à la santé animale et humaine?

Les vétérinaires et les para-professionnels vétérinaires sont responsables pour la lutte contre les maladies animales, de la sécurité alimentaire des aliments et de l’amélioration de la santé et productions animales, contribuant ainsi aux objectifs de l’OIE. Ces responsabilités professionnelles ne peuvent être exercées que dans un environnement bien organisé [auto-régulé] où des normes minimales de formation et de pratiques sont mises en œuvre par un organisme indépendant.

Au cours du programme de jumelage mené entre le VCT et le SAVC, l’accent a été mis sur l’amélioration des capacités et des ressources des OSV afin de leur permettre d’améliorer les Services Vétérinaires nationaux afin de garantir que des informations scientifiques sont générées, que les maladies sont déclarées et maitrisées, et que la santé animale et humaine et in fine la sécurité sanitaire des aliments et la sécurité alimentaire sont améliorées.

A gauche : le Dr Clive Marwick, Président de l’Ordre Vétérinaire de l’Afrique du Sud. Photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2018.

 

Le programme de jumelage comprenait des formations sur :

  1. Normes d’enseignement, c’est-à-dire l’élaboration et mise en œuvre : des compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire, des critères d’évaluation des établissements d’enseignement initial et d’enseignement continu;
  2. Normes de pratique, c’est-à-dire l’élaboration et mise en œuvre de : l’enregistrement des cabinets vétérinaires, établissement de normes de pratique vétérinaire, utilisation responsable des médicaments, y compris les antimicrobiens et le concept Une Seule Santé (One Health); et
  3. Fonctionnement des OSV, indépendamment de toute influence politique et commerciale, y compris le développement de logiciels pour la vérification et la gestion de données relatives aux professionnels inscrits, y compris les étudiants inscrits aux qualifications reconnues, une meilleure communication avec les membres; et planification et budgétisation stratégiques.

Des réalisations du programme de jumelage il y a lieu de retenir :

  1. Adoption des lignes directrices sur les compétences minimales attendues des professionnels vétérinaires et para-vétérinaires et les critères d’évaluation des établissements d’enseignement initial, conjointement par le VCT et l’établissement d’enseignement vétérinaire en Tanzanie;
  2. Mise en œuvre formelle de la législation pertinente relative à l’enseignement continu; et les opportunités d’enseignement continu créées pour les membres;
  3. La mise en œuvre formelle de l’enregistrement des cabinets vétérinaires par les vétérinaires enregistrés, y compris les exigences relatives à la prescription de médicaments, réservée exclusivement aux vétérinaires;
  4. Compréhension et formation sur le concept Une Seule Santé;
  5. Adoption comme norme minimale de l’amélioration du diagnostic vétérinaire par l’acquisition de microscopes dans les cliniques vétérinaires;
  6. Élaboration et mise en œuvre d’un logiciel pour la saisie et la gestion des données des membres et de l’enseignement continu; et
  7. Élaboration et adoption d’un plan stratégique 2020-2025 pour le VCT en vue de devenir un OSV indépendant.

 

En conclusion, le VCT et le SAVC sont convenus de poursuivre l’évaluation des réalisations sur une base annuelle pour les cinq prochaines années. La raison étant que les réalisations doivent être évaluées sur une plus longue durée.

Article soumis par

L Havinga [BA [Hons] IPL & STL, UP] & B Masuruli [DVM, SOU]

Le Dr Bedan Masuruli, Régistraire de l’Ordre Vétérinaire de la Tanzanie. Photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2018.

Plus d'informations

2013

Guide de l'OIE relatif aux projets de jumelage d'Organismes statutaires vétérinaires (OSV)

Lecture recommandée
2012

Recommandations de l’OIE sur les compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire pour garantir la qualité des Services vétérinaires nationaux

Lecture recommandée
Site OIE

Organismes Statutaires Vétérinaires (OSV)

Lecture recommandée

I

2018

Recommandations de l’OIE sur les compétences minimales attendues des para-professionnels vétérinaires (Anglais)

Lecture recommandée
2019

Lignes directrices de l’OIE pour un cursus de formation initiale para-professionnel vétérinaire (Anglais)

Lecture recommandée
2013

Lignes directrices de l’OIE pour un cursus de formation initiale vétérinaire

Lecture recommandée
Partagez cet article