Guadalajara, Mexique

4ème Conférence mondiale de l'OIE sur le bien-être animal (Guadalajara)

 La quatrième conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal s’est déroulé au Mexique sous le thème «le bien-être animal pour un monde meilleur». Dans son discours d’ouverture, Monique Eloit, Directrice-générale de l’OIE, a souligné que «le concept de bien-être animal était longtemps considéré comme non scientifique et basé uniquement sur des considérations culturelles qui liaient l’homme à l’animal. Cette approche a été réfutée par les nombreuses études montrant clairement que les débats et les règlements à venir pourront être étayés par des arguments solides fondés sur la science ».

Il est également crucial de maintenir un dialogue franc et constructif entre les parties prenantes afin de promouvoir une compréhension mutuelle. Il ne s’agit pas de postuler qu’une partie détient toute la vérité et l’autre aucune : le sujet est bien trop complexe pour être réduit à un conflit entre deux factions opposées, a ajouté la Dre Eloit.

La conférence a réuni quelques 450 Délégués de l’OIE, Point focaux de l’OIE pour le bien-être animal et des professionnels du bien-être animal, venus du monde entier, parmi lesquels des représentants des autorités vétérinaires de l’Afrique du Sud, Algérie, Cameroun, Congo (RDC), Côte d’Ivoire, Egypte, Ghana, Guinée Bissau, Kenya, Lesotho, Malawi, Maroc, Namibie, Niger, Nigéria, Sénégal, Soudan, Swaziland, Togo, Tunisie et Zimbabwe, ainsi que des représentants des quatre bureaux régionaux de l’OIE sur le continent et plusieurs institutions africaines, entre-autres le Centre IGAD pour les aires pastorales et le développement de l’élevage (ICPALD) et le Bureau Inter-africain des  Ressources Animales de l’Union Africaine (UA-BIRA) qui ont présenté un poster (9 Mo) sur la promotion du programme de bien-être animal en Afrique, au nom de la « task force » africaine sur le bien-être animal, dont l’OIE fait partie.

Le programme a été conçu autour de plusieurs sessions thématiques et a permis aux participants d’apprécier des sujets sur, par exemple, la coopération entre l’ISO et l’OIE sur les normes pour la gestion du bien-être animal, l’approche «un seul bien-être» (one welfare), les stratégies nationales et régionales de bien-être animal et les nouvelles technologies utilisées dans les évaluations du bien-être animal, tels que présentées par des spécialistes de renommée mondiale, des professionnels du bien-être animal et des représentants des services vétérinaires nationaux.

La conférence a été marquée par des présentations d’orientation sur l’évolution des approches de bien-être animal, bien au-delà de la simple réalisation des «5 libertés» afin d’inclure davantage des buts ou des dispositions plutôt « positives » de bien-être, ainsi que le concept « d’une vie qui valait d’être vécue » (Prof. David Mellor, Centre pour la science et la bioéthique du bien-être animal, Nouvelle Zélande),  la nouvelle norme ISO / TS 34700 sur la gestion du bien-être des animaux dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, qui est basée sur le Code Terrestre de l’OIE et qui a été lancée le 1er décembre 2016 (Mme Sandrine Espeillac, Secrétaire ISO / TC34 Produits alimentaires) et l’approche «un seul bien-être» qui favorise une meilleure compréhension des interactions entre bien-être animal, bien-être humain et santé mentale, sécurité sanitaire des aliments, sécurité alimentaire, gestion environnementale et gestion des catastrophes (Prof. David Fraser, University of British Columbia, Canada).

Une présentation très appréciée par le Dr Emmanuel Sarr de l’organisation caritative d’appui au bien-être animal, The Brooke (Afrique de l’Ouest), basée à Dakar, au Sénégal, qui a fait une présentation sur les nouvelles normes de l’OIE sur les équidés de travail et les défis rencontrés dans leur mise en œuvre au Sénégal.

Les présentations faites lors de la conférence sont disponibles ici pour téléchargement en pdf. Le projet de recommandations sera disponible sur le site web de l’OIE ( www.oie.int ) pour commentaires écrits ( [email protected] ) jusqu’au 22 décembre 2016. 

Crédit photos © P. Bastiaensen (oie) 2016, sauf mentions contraires.

Partagez cet article