Lomé, Togo

20ème Conférence de la Commission Régionale (Lomé)

La Conférence de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Afrique à Lomé rend hommage aux femmes dans les services vétérinaires

La 20ème Conférence de la Commission Régionale de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) pour l’Afrique s’est tenue à Lomé (Togo) du 18 au 22 février 2013. La Conférence a été présidée par le Colonel Ouro Koura Agadazi, Ministre togolais de l’Agriculture, l’Elevage et la Pêche (MAEP), entouré du Dr Bernard Vallat, Directeur-général de l’OIE, Dre Karin Schwabenbauer, Présidente de l’OIE, le Dr Yacouba Samaké, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique, Dre Marosi Molomo, Déléguée OIE du Royaume du Lesotho et Présidente de la Commission Régionale de l’OIE pour l’Afrique et le Dr Batasse Komla (Daniel) Batawui, Délégué du Togo auprès de l’OIE. Pour des raisons de conflit de calendrier, il faut signaler que Dre Monique Eloit, Directrice-générale adjointe de l’OIE, a représenté le Directeur-général le premier jour de la Conférence.

La séance inaugurale a eu lieu dans la salle de conférences de l’immeuble ECOBANK sous le haut patronage du Président de la République du Togo, S.E. Faure E. Gnassingbé. Le Président n’a malheureusement pas pu faire le déplacement et s’est fait représenter par le Ministre togolais de la Santé, le Prof. Dr. Charles Kondi Agba, lui-même docteur vétérinaire et ancien professeur de l’EISMV à Dakar (au Sénégal).

La Dre Karin Schwabenbauer, Présidente du Conseil de l’OIE et de l’Assemblée Mondiale des Délégués OIE, élue en mai 2012, a mis l’accent sur les quatre priorités de son mandat, à savoir la modernisation de l’Organisation, la transparence des informations et des procédures, la solidarité entre les régions de l’OIE, et la promotion de la participation des femmes dans l’Organisation. En tant que première femme-Présidente de l’OIE, elle a offert une réception pour les femmes-Déléguées et experts présentes lors de la Conférence.

La Dre Monique Eloit, Directrice-générale adjointe de l’OIE a délivré un discours d’ouverture dans lequel elle a -entre autres- précisé que les crises sanitaires des dernières années ont démontré qu’il est impossible de contrôler les maladies à l’échelle mondiale sans nouer des alliances solides entre des organisations internationales telles que l’OIE et les Nations Unies représentées par la FAO, mais aussi l’OMS qui est un partenaire essentiel compte-tenu des enjeux communs entre la santé animale, la santé publique vétérinaire et la santé humaine.

Les pays africains représentés étaient au nombre de 26, à savoir : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Kenya, Lesotho, Mali, Maroc, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, R.C.A., Rwanda, Sénégal, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe. De plus, de nombreuses organisations internationales et régionales et de nombreux observateurs ont participé à la Conférence qui a eu lieu à l’Hôtel Mercure – Sarakawa.

Photo de groupe. Crédit photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2013.

Après l’élection du bureau de la Conférence et l’adoption de l’ordre du jour, des interventions techniques se sont succédées. L’on retiendra l’exposé de la Dre Monique Elioit sur la vision à moyen et long terme de l’Organisation, suivi de la présentation du Dr Yacouba Samaké sur le mandat de l’OIE en Afrique et l’exposé du Dr Patrick Bastiaensen, au nom de la Commission des Normes Sanitaires des Animaux Terrestres (la Commission du Code) sur les principaux changements intervenus au niveau du CodeTerrestre depuis la dernière Conférence Régionale de 2011 à Kigali, Rwanda. Egalement très intéressant, l’analyse de la situation sanitaire en Afrique par le Dr Karim Ben Jebara, Responsable du Service de l’Information Zoo-sanitaire de l’OIE (WAHIS) et le point sur la situation de la PPR, présenté par le Dr Jemi Domenech, en charge du dossier au sein du Service Scientifique et Techniquede l’OIE à Paris.

La Représentation Régionale et les Représentations Sous-régionales de l’OIE en Afrique ont présentés leurs rapports d’activités respectifs, ainsi que leur projets pour les deux années à venir, à savoir Bamako (Mali), Gaborone (Botswana), Tunis (Tunisie) et Nairobi (Kenya).

Au lendemain de son arrivée à Lomé, le mercredi, le Directeur-général de l’OIE, le Dr. Bernard Vallat a fait un exposé sur le programme de l’OIE en ce qui concerne l’enseignement vétérinaire.

Enfin, deux thèmes techniques particulièrement importants ont été présentés au cours de la Conférence sur la base desquels des recommandations ont été adoptées :

  • Promouvoir le commerce interafricain des animaux et des produits d’origine animale (conférencier : Adrien Mankor du Sénégal/France)
  • L’importance d’intégrer le bien-être animal, la santé environnementale et la legislation vétérinaire à l’amélioration de la sécurité alimentaire et la contribution au produit intérieur brut agricole de l’Afrique (conférencier : Mohamed Bahari de la Tanzanie)

Eu égard au processus PVS (Performance des Services Vétérinaires) de l’OIE, deux pays-membres ont témoignés des bénéfices et retombés des missions PVS pour le développement de la santé animale : le Togo et la Guinée. En outre, un accord de coopération technique a été signé entre l’Ouganda et l’OIE pour la modernisation de sa législation vétérinaire.

Après l’élection du bureau de la Conférence et l’adoption de l’ordre du jour, des interventions techniques se sont succédées. L’on retiendra l’exposé de la Dre Monique Elioit sur la vision à moyen et long terme de l’Organisation, suivi de la présentation du Dr Yacouba Samaké sur le mandat de l’OIE en Afrique et l’exposé du Dr Patrick Bastiaensen, au nom de la Commission des Normes Sanitaires des Animaux Terrestres (la Commission du Code) sur les principaux changements intervenus au niveau du CodeTerrestre depuis la dernière Conférence Régionale de 2011 à Kigali, Rwanda. Egalement très intéressant, l’analyse de la situation sanitaire en Afrique par le Dr Karim Ben Jebara, Responsable du Service de l’Information Zoo-sanitaire de l’OIE (WAHIS) et le point sur la situation de la PPR, présenté par le Dr Jemi Domenech, en charge du dossier au sein du Service Scientifique et Techniquede l’OIE à Paris.

La Représentation Régionale et les Représentations Sous-régionales de l’OIE en Afrique ont présentés leurs rapports d’activités respectifs, ainsi que leur projets pour les deux années à venir, à savoir Bamako (Mali), Gaborone (Botswana), Tunis (Tunisie) et Nairobi (Kenya).

Au lendemain de son arrivée à Lomé, le mercredi, le Directeur-général de l’OIE, le Dr. Bernard Vallat a fait un exposé sur le programme de l’OIE en ce qui concerne l’enseignement vétérinaire.

Enfin, deux thèmes techniques particulièrement importants ont été présentés au cours de la Conférence sur la base desquels des recommandations ont été adoptées :

  • Promouvoir le commerce interafricain des animaux et des produits d’origine animale (conférencier : Adrien Mankor du Sénégal/France)
  • L’importance d’intégrer le bien-être animal, la santé environnementale et la legislation vétérinaire à l’amélioration de la sécurité alimentaire et la contribution au produit intérieur brut agricole de l’Afrique (conférencier : Mohamed Bahari de la Tanzanie)

Eu égard au processus PVS (Performance des Services Vétérinaires) de l’OIE, deux pays-membres ont témoignés des bénéfices et retombés des missions PVS pour le développement de la santé animale : le Togo et la Guinée. En outre, un accord de coopération technique a été signé entre l’Ouganda et l’OIE pour la modernisation de sa législation vétérinaire.

Vers la fin de la deuxième journée, plusieurs organisations techniques internationales et régionales, ainsi que des bailleurs de fonds, ont eu l’ocassion de s’adresser aux Délégués de l’OIE en Afrique. Ainsi, des allocutions ont été faites par :

  • Banque Mondiale
  • CIRAD / FVI
  • Commission Européenne
  • FAO
  • ILRI
  • OMS
  • UA – BIRA
  • UA – PANVAC
  • UA – PATTEC
  • UEMOA
  • USDA – APHIS
  • WSPA

Comme pour la première soirée, organisée par le Gouvernement du Togo, la deuxième journée a été cloturé avec un diner-gala offert par l’OIE.

La journée du jeudi a été consacrée aux visites de terrain, ainsi qu’aux audiences accordés par S.E. le premier Ministre du Togo et S.E. le Président de la République du Togo au Directeur-général de l’OIE et à la Présidente de l’OIE, accompagnés du Représentant Régional pour l’Afrique, du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et du Délégué du Togo auprès de l’OIE.

Le Gouvernement du Togo, représenté par les deux Ministres, de l’Agriculture, Elevage et Pêche d’une part, et de la Santé d’autre part, n’a pas ménagé les efforts pour faire de cette Conférence Régionale un grand succes. Il faut souligner que le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du Togo a effectivement présidé les travaux de la conférence. L’OIE tient à remercier les autorités et le peuple du Togo pour l’accueil qui lui a été réservé. L’Organisation tient également a remercier l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) qui a contribué au budget de la Conférence et a facilité la participation des délégations de ses Etats Membres.

La prochaine Conférence aura lieu en février 2015 au Maroc. La Namibie s’est portée candidate pour 2017

Crédit photos(c) P. Bastiaensen (oie) 2013, sauf mentions contraires.

Téléchargez le rapport :

Liens réseaux sociaux

FLICKR
PHOTOS DE L'EVENEMENT

Album photo Flickr

Lecture recommandée
Kigali, Rwanda

19ème Conférence de la Commission Régionale de l'OIE (Kigali)

18/02/2011
Lecture recommandée
Partagez cet article