Johannesburg, Afrique du Sud

La Directrice-générale de l'OIE prononce un discours à l’intention des Ministres de l'Agriculture de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC)

Profitant de sa participation à la Réunion Conjointe des Ministres de l’Agriculture, de la Sécurité Alimentaire et des Pêches et Aquaculture de la SADC à Johannesbourg le 8 juin, la Dre Monique Eloit, Directrice-générale de l’OIE a eu plusieurs réunions avec les services vétérinaires nationaux de l’Afrique du Sud et ses organisations partenaires, y compris des bailleurs de fonds et partenaires commerciaux.

Au cours de sa visite de quatre jours dans la région métropolitaine de Johannesbourg et de Pretoria (Province du Gauteng) du 5 au 8 juin, elle a visité le siège de la Direction Générale de la Production et de la Santé Animales (DAFF) à Arcadia, Pretoria et a pu rencontrer des cadres vétérinaires juniors et seniors, affectés à l’autorité vétérinaire nationale et à certains services vétérinaires provinciaux. Accueilli par le Président-sortant de l’OIE et Délégué OIE de l’Afrique du Sud, le Dr Botlhe Michael Modisane (Directeur de la Production et de la Santé Animales) et la Dre Mpho Maja, Directrice de la Santé Animale, la Dre Eloit a discuté des différents défis auxquels les services vétérinaires en Afrique du Sud sont confrontés, comme le démontrent les différents rapports produits dans le cadre du processus PVS de l’OIE. En tête de liste parmi ces défis, l’actuelle épizootie de l’influenza aviaire hautement pathogène dans le pays.

La Directrice-générale a également visité les installations de l’institut de Recherches Vétérinaires d’Onderstepoort (OVR), au nord de Pretoria, l’un des nombreux instituts spécialisés de recherche du Conseil de la Recherche Agricole (ARC) de l’Afrique du Sud. Elle a rencontré le Directeur Exécutif de l’ARC, le Dr Shadrack Moephuli et le Directeur de l’institut OVR, le Dr Misheck Mulumba, ainsi que ses principaux collaborateurs, parmi lesquels plusieurs Experts Désignés de l’OIE (Laboratoires de Référence OIE pour la peste porcine Africaine, la peste équine, la fièvre catarrhale ovine, la fièvre aphteuse, la dermatose nodulaire contagieuse, la rage, la fièvre de la vallée du Rift et la variole ovine et caprine). La Dre Eloit n’a pas manqué de remercier le Gouvernement Sud-africain pour l’expertise technique mise à disposition de l’OIE et ceci «…non seulement pour la région Afrique, mais aussi pour l’Europe, où les experts et l’expérience Sud-africaines ont contribué à lutter contre la fièvre catarrhale ovine d’abord, ensuite contre la peste porcine africaine et, plus récemment, contre la dermatose nodulaire contagieuse », a-t-elle déclaré.

La Dre Monique Eloit, accompagnée du Dr Moetapele Letshwenyo, Représentant Sous-régional de l’OIE pour l’Afrique Australe, a également rendu des visites de courtoisie aux représentants des principaux bailleurs de fonds de l’OIE en Afrique australe, qui sont également d’importants partenaires commerciaux de la République de l’Afrique du Sud, à savoir les missions diplomatiques de l’Union Européenne (Commission Européenne), de la République Française et celle des États-Unis, y compris la branche régionale des services d’inspection zoo-sanitaires et phyto-sanitaires (APHIS) du Ministère de l’Agriculture des États-Unis, tous basés à Pretoria.

La dernière étape de la mission a consisté en la participation de la Dre Eloit à la Réunion du Conseil Conjoint des Ministres de l’Agriculture, de la Sécurité Alimentaire, des Pêches et de l’Aquaculture de la SADC où, le 8 juin, elle a prononcé un discours visant les  Ministres des 10 États-Membres représentés au sommet : l’Afrique du Sud, l’Angola, le Botswana, la République Démocratique du Congo, le Mozambique, la Namibie, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe. Dans son allocution, elle a mis l’accent sur divers problèmes d’actualité auquel le continent et la région de l’Afrique australe font face, notamment la gestion de la fièvre aphteuse, la lutte contre la grippe aviaire et la prévention de la propagation vers le sud de la peste des petits ruminants (PPR).

Dès son retour à Paris, interrogée sur son impression de cette mission, elle le résume en un mot,  mise en œuvre :  «…les pays de la région sont bien engagés dans le processus d’élaboration des normes et sont pleinement conscients des ramifications techniques et commerciales de ces normes. Ce qui n’est pas encore optimal, c’est la mesure dans laquelle ces normes sont mises en œuvre, ce qui entrave leur déploiement complet. Espérons que le Projet de l’Observatoire de l’OIE, qui sera lancé prochainement, nous permettra de mieux comprendre quels sont ces défis», a-t-elle conclu

Liens réseaux sociaux

FLICKR
PHOTOS DE L'EVENEMENT

Album photo Flickr

Lecture recommandée
Partagez cet article