Ondangwa, Namibie

La Namibie et l’OIE unissent leurs forces pour combattre la rage à la source animale

La Vice-Ministre de l’Eau, de l’Agriculture et des Forêts, S.E. Mme. Anna Shiweda.
Crédit photo (c) G. Torres (oie) 2016

 

La rage reste endémique dans la région de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC). Elle demeure la deuxième maladie la plus signalée avec la plus grande répartition géographique, selon le recueil annuel des statistiques sur la santé animale de la SADC (2011).

En mars 2015, le Gouvernement de la Namibie avait lancé sa Stratégie Nationale de Lutte contre la Rage dans le but d’éliminer les mortalités humaines causées par la rage grâce à un contrôle efficace de la rage canine .Le Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne a exprimé son intérêt à soutenir la lutte contre la rage canine en Afrique australe, la Namibie étant le premier pays à bénéficier de cette aide.

L’Allemagne a donc financé un projet de trois ans, exécuté par le biais de l’OIE, pour soutenir la Namibie dans la mise en œuvre de sa Stratégie Nationale.

Le projet est constitué de cinq objectifs principaux:

  • Analyser et évaluer la situation actuelle vis-à-vis de la rage, ainsi que la stratégie de lutte contre la rage
  • Améliorer la performance des services vétérinaires en matière de lutte contre la rage
  • Améliorer la surveillance de la rage et le suivi des campagnes de vaccination
  • Mettre en œuvre une coopération entre les secteurs de la santé publique et de la santé animale dans le cadre du concept « Une Seule Sante ».
  • Mise en place d’une banque régionale pilote de vaccins contre la rage, visant la vaccination des chiens.

Le projet d’un valeur de 300,000 euros comprend une sous-subvention avec l’Institut Friedrich-Loeffler (FLI) en Allemagne, Laboratoire de Référence de l’OIE pour la rage. Le projet a démarré en mai 2015 et sera mis en œuvre en deux phases consécutives, à savoir une phase pilote (mars 2016 à février 2017) et ensuite une phase de déploiement (mars 2017- mars 2018).

Le projet a été officiellement lancé le 1er mars 2016 par S.E., Mme Anna Shiweda (Vice-Ministre de l’Eau, de l’Agriculture et des Forêts) à Ondanwa (dans la région d’Oshana) dans le nord de la Namibie. Environ 200 personnes ont assisté à l’événement, y compris les autorités régionales et locales, plusieurs écoles locales, la police et autres partenaires. L’événement a été présidé par le Dr Milton Maseke (Délégué de l’OIE et Directeur des Services Vétérinaires de la Namibie) et comprenait les discours de la Dre Karin Schwabenbauer (Déléguée de l’OIE et Directrice des Services Vétérinaires de l’Allemagne), le Dr Moetapele. Letshwenyo (Représentant Sous-régional de l’OIE pour l’Afrique australe), le Dr Babagana Ahmadu (Représentant Résident de la FAO en Namibie), le Dr Athingo (Coordonnateur National pour la rage) et par un représentant du Ministre de la Santé et des Services Sociaux de la Namibie.

Les enfants des écoles locales ont animés les interludes avec des petits sketches sur la rage, des chansons et des danses traditionnelles.

L’événement a bénéficié d’une grande couverture médiatique, y compris les médias nationales et locales. Le lancement a également été couvert dans le journal télévisé du soir à la télévision nationale.

Le Dr Gregorio Torres (du Siège de l’OIE) a facilité la préparation d’un plan d’action de 3 ans pour ce projet. Les consultations comprenaient des représentants de la Direction des Services Vétérinaires et un large éventail de parties prenantes, c-à-d. qu’environ 50 représentants du Ministère de la Santé, des éleveurs, des associations d’éleveurs – agriculteurs, des autorités traditionnelles, des conseillers régionaux et des agents de santé environnementale du Conseil Municipal d’Ongwendiva (région d’Oshana) ont été consultés dans ce processus. La rage est clairement considérée comme un problème de santé publique très important et une priorité pour la région. Leurs attentes et contributions aux efforts d’élimination de la rage ont été largement débattues. Tous les intervenants ont exprimé leur soutien total au projet et leur engagement à parvenir à l’élimination de la région de la rage humaine, véhiculée par les chien.

Pour plus d’informations, contactez Gregorio Torres

Un quotidien national couvre la consultation des parties prenantes 

En haut :La Dre K. Schwabenbauer au cours d’une vaccination d’un chien. En bas : Danse traditionnelle. Crédit photo(c) G. Torres (oie) 2016, sauf mention contraires.

Partagez cet article