Windhoek, Namibie

La région de la SADC réaffirme son engagement à éliminer la rage transmise par le chien d'ici 2030

Dans le cadre du projet en cours sur l’élimination de la rage en Namibie, géré par l’OIE, avec le soutien technique du Friedrich-Loeffler-Institut (FLI), avec le soutien financier de la République Fédérale d’Allemagne et du Gouvernement de la Namibie, l’OIE a organisé du 10 au 12 avril 2018, un séminaire sous-régional sur la rage en Afrique australe, à Windhoek, en Namibie. Le séminaire a réuni environ 50 personnes; comprenant des experts en santé animale et santé publique de l’Afrique du Sud, l’Angola, du Botswana, de la République Démocratique du Congo, du Lesotho, de Madagascar, du Malawi, du Mozambique, de la Namibie, de la Tanzanie, de la Zambie et du Zimbabwe. Par ailleurs, les directeurs/directrices des services vétérinaires et Délégué(e)s auprès de l’OIE de l’Allemagne (bailleur de fonds), l’Angola et la Namibie ont également assisté à la réunion, ainsi qu’un large éventail de personnes ressources, notamment le Directeur-exécutif de l’Alliance Mondiale Contre la Rage (GARC), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Union Africaine(UA-BIRA) et d’autres. Des représentants du Siège de l’OIE et des bureaux régionaux pour l’Afrique australe et orientale, ainsi que d’autres projets de lutte contre la rage soutenus par l’OIE au Kenya et en Tunisie, ont également participé et partagé leurs expériences.

Les objectifs du séminaire étaient de promouvoir la collaboration Une Seule Santé (One Health) entre les autorités vétérinaires et de santé publique dans le cadre de la lutte contre la rage, d’augmenter la volonté politique et de promouvoir l’élimination de la rage canine dans la région de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), en collaboration avec le Secrétariat de la SADC et les Pays Membres de la SADC.

 

 

La réunion a reconnu que la rage est encore toujours endémique dans la région de la SADC, où elle continue à causer des mortalités dans les communautés les plus vulnérables, qu’elle reste inextricablement liée à la pauvreté et que son élimination doit donc être considérée comme un bien public. Le séminaire s’est tenu dans un contexte d’Une Seule Santé, ainsi que la réalisation que la communauté mondiale s’est engagée à l’élimination mondiale de la rage humaine transmise par le chien, d’ici 2030.

Plus d'informations

Rabies SG NEWS SG 87
OIE

Portail Rage

Lecture recommandée
Partagez cet article