GF-TADs Afrique

La réunion inaugurale du Groupe Permanent d'Experts (GPE) pour la PPA convient d'un programme de travail de 24 mois

Cette réunion inaugurale a été organisée à la suite de l’adoption, en octobre 2021, des termes de référence du Groupe Permanent d’Experts (GPE) de la région Afrique pour la Peste porcine africaine (PPA) par le 10e Comité de Pilotage Régional (CPR-10) du GF-TADs pour l’Afrique. Le GPE-PPA pour l’Afrique vise à promouvoir l’échange régulier d’informations et de bonnes pratiques entre les autorités vétérinaires nationales concernées, les experts internationaux et nationaux, et le secteur privé.

Au total, 70 personnes se sont inscrites à la réunion et – sur les deux jours – 65 y ont participé. Parmi les Délégués de l’OIE (Membres fondateurs), on peut citer les Drs Botlhe Michael Modisane (Afrique du Sud), Honoré Nlemba – Mabela (République Démocratique du Congo), Vessaly Kallo (Côte d’Ivoire), Anne-Rose Ademun (Ouganda), Daniel Batasse Batawui (Togo) et la nouvelle Déléguée OIE du Nigeria, Dre Maimuna Habib.

Photo (c) S. Kahariri (DSV Kenya) 2021

Parmi les Délégués de l’OIE, présents en tant qu’observateurs et possibles futurs Membres, se trouvaient : Ana Lina Pereira (Cabo Verde) et Drissa Coulibaly (Mali). Étaient également présents les experts en matière de PPA, l’UA-BIRA, l’UA-PANVAC, la CEDEAO (CRSA), la FAO et l’OIE.

La réunion inaugurale a été ouverte par le Dr Nick Nwankpa, Directeur par intérim de l’UA-BIRA et Directeur de l’UA-PANVAC (et Président du CPR du GF-TADs pour l’Afrique), le Dr Karim Tounkara, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique, Secrétaire du GF-TADs pour l’Afrique (CPR) et le Dr Charles Bebay, Vice-Président du GF-TADs Afrique (CPR), Gestionnaire Régional ECTAD Afrique de l’Est de la FAO, tous ont fait des remarques soulignant le besoin d’une collaboration plus étroite entre les pays membres et que ce Groupe Permanent d’Experts pourrait servir de modèle pour tous les autres programmes visant les maladies transfrontalières dans la région.

La réunion a débuté par une introduction des termes de référence du GPE par le Dr Patrick Bastiaensen, au nom du Secrétaire du GF-TADs pour l’Afrique, suivie d’une présentation de l’Initiative Mondiale contre la peste porcine africaine et de ses activités par le Dr Andriy Rozstalnyy, Co-Président du Groupe de Travail GF-TADs sur la PPA (FAO).

Le Dr Paolo Tizzani du Service mondial d’information et d’analyse sur la santé animale (WAHIAD) de l’OIE a présenté une vue d’ensemble de la distribution mondiale de la peste porcine africaine et des tendances, sur la base des rapports OIE-WAHIS.

La plupart des pays membres fondateurs ont présenté une vue d’ensemble de la situation de la PPA dans leurs pays respectifs, comme suit :

  1. Afrique du Sud, Dr Livio Heath
  2. Cameroun, Dr Jean-Marc Feussom
  3. Côte d’Ivoire, Dr Douyeri Thierry Ouattara
  4. République Démocratique du Congo, Dr Florent Ngamuna
  5. Kenya, Dr Sam Kahariri
  6. Nigeria, Dre Maimuna Habib (nouvelle Déléguée OIE du Nigéria)
  7. Ouganda, Dr Paul Lumu

Photo (c) P. Bastiaensen (oie) 2007.

Le Dr Bernard Van Goethem, Président du CPR pour l’Europe (et Directeur de la santé animale à la DG-SANTE de la Commission Européenne, à Bruxelles) et la Dre Caitlin Holley, Chargée de Programme à la Représentation Régionale de l’OIE pour l’Asie et le Pacifique et responsable du Secrétariat régional du GF-TADs pour le GPE-PPA pour l’Asie-Pacifique (Tokyo), ont fait part de certains des enseignements tirés du travail des GPEs dans d’autres régions.

Le deuxième jour, le Dr Fredrick Kivaria, Epidémiologiste régional de la FAO-ECTAD pour l’Afrique de l’Est, a présenté une mise à jour de la révision en cours de la Stratégie régionale 2017 pour le contrôle de la peste porcine africaine en Afrique.

La Dre Sharon Tsigadi, de Farmer’s Choice Ltd au Kenya, a fait part de la perspective du secteur privé et de ses commentaires sur le projet de plan de travail, tandis que le Dr Livio Heath, Expert désigné du Laboratoire de Référence pour la PPA de l’OIE à Onderstepoort en Afrique du Sud, a présenté les défis diagnostiques liés à la PPA. La réunion s’est terminée par deux présentations des portails PPA pertinents sur les sites web mondiaux (en Anglais) et régionaux du GF-TADs.

Défis

Grâce aux présentations des pays et des experts en la matière, ainsi qu’au partage des expériences des deux GPE-PPA pour l’Asie-Pacifique et l’Europe, les membres du GPE-PPA pour l’Afrique ont identifié les défis suivants auxquels la région est confrontée dans sa lutte contre la PPA :

  • Le commerce transfrontalier informel et le transit de porcs et de produits porcins, conduisant à la propagation de la PPA ;
  • Le manque d’échange d’informations entre les pays sur la situation de la peste porcine africaine qui pourrait être utile aux pays voisins et importante pour la gestion de la peste porcine africaine dans la région ;
  • Mauvaises pratiques de biosécurité et d’élevage, et manque de sensibilisation à la peste porcine africaine tout au long de la chaîne de valeur (à la ferme, à l’abattage, lors de la transformation) ;
  • Faiblesse des systèmes de détection précoce, qui retardent la détection de la peste porcine africaine ou ne la détectent pas du tout ;
  • Réponse inadéquate aux foyers, notamment élimination et désinfection inappropriées ;
  • Absence d’incitations financières pour que les exploitants se conforment aux mesures de lutte contre la peste porcine africaine (indemnisation) ;
  • La circulation continue du virus de la peste porcine africaine sylvatique et les mouvements de suidés sauvages qui propagent la propagation de la peste porcine africaine.

Suite aux diverses présentations faites le premier jour et aux commentaires de la représentante du secteur privé, la Dre Sharon Tsigadi (Farmers’ Choice Ltd KE), les considérations suivantes ont été rédigées, et des points ou sujets techniques ont été identifiés, sur la base des présentations nationales, des présentations régionales (Europe et Asie-Pacifique) et les commentaires des représentants (du secteur privé) et des experts scientifiques, pour guider le travail du GPE au cours des 12 à 24 prochains mois, selon la fréquence des réunions —

Considérant:

  1. La stratégie régionale révisée de l’Union Africaine pour le contrôle de la peste porcine africaine en Afrique (UA-BIRA, FAO, ILRI).
  2. Qu’une biosécurité stricte est importante pour le contrôle de la PPA, les pays membres fondateurs du SGE sont invités à travailler avec les principales entités des secteurs privé et public pour améliorer la biosécurité et la mettre en œuvre tout au long de la chaîne de valeur ;
  3. Que la maitrise de la peste porcine africaine sera facilité par le développement de vaccins sûrs et efficaces, les institutions de recherche et l’industrie pharmaceutique sont invitées à donner la priorité au développement de tels vaccins dans leurs stratégies de R&D à court et moyen terme ;
  4. Que les laboratoires de référence nationaux des pays membres fondateurs du GPE sont encouragés à interagir et, si possible, à rejoindre le réseau régional de laboratoires pour la peste porcine africaine en Afrique australe, initié par le Laboratoire de Référence de l’OIE à l’ARC-OVR à Onderstepoort, en Afrique du Sud ;

…les points ou sujets techniques suivants ont été identifiés (par ordre de priorité et de logique de mise en œuvre séquentielle) avec des commentaires (le cas échéant) sur d’éventuels points ou sujets secondaires, dont certains s’appliquent à plusieurs sujets identifiés :

 

1.     Filières Comprendre les spécificités de production et les chaines de valeur des différentes filières en Afrique

 

  • Secteur de basse-cour (extensif);
  • Secteur familial (semi-intensif);
  • Secteur industriel (intensif).

 

2.     Biosécurité Renforcer la biosécurité pour la maitrise de la PPA tout au long des chaines de valeur

 

  • Développement des meilleures pratiques;
  • Gestion de l’alimentation à partir de déchets de la restauration;
  • Formation sur la biosécurité en utilisant les directives existantes.

 

3.     Surveillance Capabilités de surveillance et de diagnostic améliorées pour une maitrise de la PPA

 

  • Renforcement de la surveillance des porcs domestiques et sauvages (nouveaux outils de surveillance) ;
  • Capacités de diagnostic (comparaisons inter-laboratoires);
  • Réseaux (sous-)régionaux (DSVs, laboratoires) ;
  • Défis au rapportage sur le terrain (mauvaise reconnaissance des signes cliniques, crainte des mesures d’abattage sanitaire, absence de programmes de repeuplement ou d’indemnisation) ;
  • Exigences ou outils de déclaration sur le terrain (EMA-i – FAO, autres) ;
  • Communication des risques (sensibilisation des producteurs et des acteurs de la chaîne de valeur).

 

4.     Gestion des foyers Capabilité et capacité à répondre à des foyers pour maitriser la PPA

 

  • Formation sur les 3D (dépeuplement, destruction, décontamination) ;
  • Incitations financières telles que l’indemnisation des éleveurs, le repeuplement et les systèmes d’assurance ;
  • Plans d’indemnisation (PI) dans le cadre des programmes de préparation et de riposte aux urgences ;
  • Communication des risques (sensibilisation des producteurs et des acteurs de la chaîne de valeur).

 

5.     Socio-économie Analyse de risque régionale PPA et impact socio-économique pour une prévention et une lutte efficaces, ainsi qu’un plaidoyer fondé sur des preuves

 

 
6.     Transfrontalier Mesures officielles de contrôle aux frontières, transit et commerce transfrontaliers informels de porcs et de produits porcins, entraînant la propagation de la PPA
  • Mesures officielles de contrôle aux frontières ;
  • Les normes et le cadre réglementaire national ;
  • Commerce informel et mouvements transfrontaliers de porcs et de produits porcins ;
  • Cadres réglementaires appropriés ;
  • Communication des risques.

 

7.     Politiques Options politiques, stratégies de contrôle et plans stratégiques nationaux et régionaux

 

  • Stratégies de prévention et de lutte;
  • Compartimentation et facilitation des échanges (continuité des activités commerciales) ;
  • Législation et réglementation appropriées ;
  • Plans stratégiques nationaux ;
  • Plans stratégiques régionaux.

 

8.     Transparance Questions liées à la transparence et au partage d’informations entre pays voisins et avec les partenaires commerciaux

 

  • Comprendre l’importance de la soumission en temps utile des notifications immédiates et des rapports semestriels à l’OIE par le biais de l’OIE-WAHIS ;
  • Réseaux (sous-)régionaux (DSVs, laboratoires)

 

 

En ce qui concerne la fréquence et le format des prochaines réunions, il a été précisé que :

  • Chaque réunion à venir ne portera que sur l’un des 8 sujets susmentionnés ;
  • Sous réserve de la disponibilité des fonds et de l’assouplissement des restrictions de voyage liées au coronavirus, les réunions en face à face seront progressivement encouragées ;
  • Les pays membres fondateurs seront invités à accueillir à tour de rôle (et à présider la réunion). Le représentant du Cameroun se renseignera sur la possibilité d’accueillir la première session en face à face du GPE plus tard dans l’année ;
  • La prochaine réunion du GPE (2) sera en ligne et traitera d’un sujet qui peut être mieux présenté par le biais d’un format en ligne ;
  • La fréquence des réunions du GPE PPA n’a pas été détaillée, mais 8 sujets à traiter dans les 24 prochains mois au maximum, représente une fréquence de 3 mois entre les sessions.

En outre, une page dédiée au GPE a été publié sur le site web du GF-TADs Afrique afin de faciliter le partage d’informations : Peste porcine africaine – Group Permanent d’Experts (GPE) – OIE – Afrique

GF-TADs Afrique

Ceci était une activité du Cadre mondial FAO-OIE pour la maitrise progressive des maladies animales transfrontalières, en coopération avec l'Union Africaine.

En savoir plus

Informations

Groupe permanent d'experts

Lecture recommandée
Partagez cet article