Cotonou, Bénin

L'Ecole Vétérinaire de Dakar (EISMV) tient la 50ème réunion de son Conseil d'Administration.

Le mot de bienvenue du Prof. Youssao Issaka, Président du Comité National d’Organisation du Conseil d’Administration

 

Le 2 décembre 2021, le Bénin a parrainé une réunion virtuelle de la 50ème session du Conseil d’Administration de l’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV) de Dakar, composée des Ministres de l’Enseignement Supérieur des Etats membres de l’Ecole (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et le Togo,).

Discours d’ouverture de la Prof. Eléonore Yayi Ladekan, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Bénin.

 

Le Ministre-hôte, la Prof. Eléonore Yayi Ladekan, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Bénin, a présidée la session. Le Prof. Youssao Issaka, Président du Comité National d’Organisation du Conseil d’Administration a prononcé le mot de bienvenue, le Directeur Général de l’EISMV, le Prof. Yalacé Kaboret a prononcé le discours d’introduction pour les présentations des experts.

Ci-dessus : Discours introductif du Prof. Yalacé Kaboret, Directeur Général de l’EISMV.

 

Ensuite, le Dr Karim Tounkara, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique, a pris la parole au nom de la Directrice-générale de l’OIE, la Dre Monique Eloit. Le discours a mis l’accent sur la nécessité d’intégrer l’approche “Une seule santé” dans les programmes de formation de premier et de deuxième cycle, en mettant l’accent sur la biodiversité et l’environnement, étant donné le changement de dynamique de vie dans une ère post-COVID.

Dr Karim Tounkara, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique

L’OIE a encouragé le fait que la formation dispensée à l’EISMV devrait préparer les futurs docteurs vétérinaires à des approches de santé publique qui s’inscrivent dans les politiques de santé globale.

La réunion s’est poursuivie à huis clos par les membres du Conseil d’Administration.

l'OIE s'engage dans une bonne gouvernance des données basée sur la transformation numérique à travers une stratégie de données. Cet engagement sera soutenu par une forte digitalisation des services offerts notamment en matière de formation et de développement des missions PVS.

Dre Monique Eloit, Directrice générale de l'OIE

Message de la Dre Monique Eloit, Directrice-générale de l’OIE, délivré par le Dr Karim Tounkara, Représentant Régional de l’OIE pour l’Afrique.

 

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord permettez-moi de vous transmettre les chaleureuses salutations de Dre Monique Eloit, Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE).

Maintenant j’ai le plaisir de vous lire in extenso le message de Dre Eloit.

Excellences, Mesdames et Messieurs les Administrateurs de l’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar

Je voudrais vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez de m’adresser à vous administrateurs, vous qui avez la charge d’assurer l’orientation politique de l’Ecole Inter Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar.

Lors de ma précédente adresse en fin 2019 je vous définissais notre vision du vétérinaire comme médecin mais aussi comme contributeur au développement socio-économique des pays. Quelques mois seulement après, notre planète fut secouée par la pandémie de la COVID 19.

En quelques mois, la pandémie de COVID-19 a bouleversé nos modes de vie et fortement mis à rude épreuve nos chaînes d’approvisionnement alimentaire, nos moyens de subsistance, nos économies ainsi que nos systèmes de production animale. Elle a fourni, si besoin en était, une nouvelle preuve de la nécessité de la collaboration intersectorielle pour répondre aux crises sanitaires mondiales ; une collaboration basée sur l’approche une seule santé, qui intègre la médecine humaine, la médecine vétérinaire, la santé publique et l’information environnementale.

J’encourage donc l’EISMV à envisager l’introduction du concept « une seule santé » dans son cursus aussi bien universitaire que post- universitaire en consacrant une part très importante à la biodiversité, à la santé de l’environnement et surtout à la faune sauvage qui est à l’origine de 75 % des maladies émergentes et ré émergentes humaines. Le Cadre de l’OIE en faveur de la santé de la faune sauvage, publié l’année dernière pourrait être une source importante d’information à passer à nos futurs collègues docteurs vétérinaires qui devront être parfaitement reconnus et intégrés aux systèmes globaux de santé en tant que composante des « health work-forces ».

D’une manière générale L’OIE suggère que la formation dispensée à l’EISMV prédispose les futurs docteurs vétérinaires à des approches de santé publique qui s’insèrent dans des politiques globales de santé.

Pour faire face à la pandémie, les activités des services vétérinaires ont été reconnues comme essentielles et celles-ci ont donc continué pendant la crise pour assurer l’approvisionnement en produits animaux et d’origine animale. D’autre part les laboratoires vétérinaires du continent africain ont apporté main forte aux services de santé publique en testant des échantillons COVID 19 en suivant les recommandations publiées par l’OIE à cet effet.

J’ai le plaisir de vous informer que l’OIE se prépare depuis plusieurs années à des situations comme celle imposée par la COVID-19 en envisageant de se transformer en Organisation de la Santé Mondiale qui soutient le renforcement des capacités de ses états membres pour que ceux-ci soient plus résilients (conformément à la résolution No. 31 de l’Assemblée Mondiale des Délégués de Mai 2021) tout en continuant de jouer son rôle de composante essentielle de l’accord tripartite et aujourd’hui tripartite + avec l’arrivée du PNUE. C’est dans cette perspective que l’OIE a été restructurée en janvier 2020 pour inclure dans son organigramme une Unité Prospective et un Service de la Préparation et de la Résilience, pour prendre en compte le changement global qui remodèle notre environnement en termes de climat, de comportements humains, d’utilisation des terres, etc.

 

Excellences

Mesdames et Messieurs,

Avec un an de retard dû à la COVID 19, l’Assemblée Mondiale des Délégués a adopté en Mai 2021 le 7è plan stratégique de l’OIE pour la période 2021- 2025 comprenant 5 objectifs stratégiques : L’expertise scientifique ; la gouvernance des données ; La réponse aux besoins des Membres ; la collaboration avec les partenaires ; l’efficacité et l’agilité.

Comme vous le constaterez, l’OIE s’engage dans la bonne gouvernance des données basée sur la transformation numérique au travers d’une stratégie sur les données. Cet engagement sera soutenu par une forte digitalisation des services offerts notamment en matière de formation et de développement des missions PVS et des programmes de jumelage.

L’EISMV pourrait être un partenaire stratégique dans le domaine de la formation en ligne (e-learning) en sa qualité de membre de la plateforme des 8 Centres Collaborateurs de l’OIE sur la formation des vétérinaires officiels, dont le secrétariat est hébergé par l’ENSV-FVI de Lyon. Lyon qui sera aussi le siège de la nouvelle Académie de l’OMS avec qui l’OIE aura une coopération renforcée, notamment sur les sujets « Une Seule Santé » et préparation-résilience.

Je voudrais aussi mentionner la collaboration entre l’OIE et l’EISVM pour la mise en œuvre du projet (que je vous ai annoncé en 2019) : Professionnalisation des Para-professionnels vétérinaires lancé il y a quelques mois. Nous espérons que ce projet sera une contribution appréciée pour réduire l’insuffisance de personnel de la santé animale dans la sous-région ouest africaine.

Pour terminer j’adresse mes chaleureuses félicitations à l’EISVM pour la tenue de la 50è Session de son Conseil d’Administration et à vous Excellences, membres du Conseil d’Administration je souhaite de très fructueux échanges.

Je vous remercie.

 

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux