Nairobi, Kenya

L'OIE Afrique de l'Est fait écho à l'appel de l'IGAD et de la FAO pour une surveillance accrue de la Fièvre de la vallée du Rift (FVR) alors que les fortes pluies persistent 

Photo © P. Bastiaensen (oie) 2019

 

 

 

Les précipitations actuelles et prévisionnelles dans la région de l’Afrique de l’Est risquent d’augmenter considérablement les populations de vecteurs (y compris les espèces d’Aedes) et donc la transmission de la Fièvre de la vallée du Rift (FVR), avertissent l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD), la principale communauté économique régionale de la Corne de l’Afrique.

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture  (FAO) dispose d’un système de prévision de la FVR basé sur les anomalies des précipitations et de la végétation, entre autres facteurs environnementaux.

Au cours des derniers mois, conformément aux prévisions météorologiques, notamment celles du Centre de Prévision et d’Application du Climat de l’IGAD (ICPAC), les précipitations ont été constamment supérieures à la moyenne dans la plupart des pays d’Afrique de l’Est. Les dernières prévisions de la FAO concernant la FVR en mai 2020 (présentées ci-dessous – voir image) confirment que le risque d’apparition de la FVR dans la région reste élevé tant chez les animaux que chez l’homme, et ceci au cours des prochains mois, soit en raison de conditions environnementales favorables, soit en raison des mouvements d’animaux, et appellent à une préparation urgente à toute apparition potentielle de la FVR, en particulier par le biais de la coordination One Health (‘Une Seule Santé’).

Le régime actuel et prévisionnel des précipitations est de sorte qu'il est raisonnable de s'attendre à une réémergence de la Fièvre de la vallée du Rift dans un certain nombre de nos pays membres dans les semaines à venir. Une coopération étroite entre les autorités de santé publique, de santé animale et de santé environnementale, dans le cadre du concept 'Une Seule Santé', sera essentielle, même en pleine crise COVID-19

Dr Samuel Wakhusama, Représentant OIE, Afrique orientale

L’OIE appuie fortement les recommandations de la FAO et de l’IGAD qui  consistent à ce que:

  • Les autorités vétérinaires nationales doivent sensibiliser davantage sur la maladie, évaluer la situation actuelle et le risque spécifique du pays vis-à-vis de la FVR, identifier les actions à mener pour aider le pays à augmenter sa résilience face aux foyers de FVR ;
  • Les Autorités vétérinaires nationales doivent se rapprocher de leurs homologues de la santé publique pour coordonner les activités communes de préparation aux urgences, en particulier dans les pays où il n’existe pas de plateforme ‘Une Seule Santé’, afin de garantir une approche humanitaire et de One Health face à cette menace.

Zones à risque potentielles pour l’amplification du vecteur de la FVR pour le mois de mai 2020 (source : FAO RVF Monitoring, Early Warning and Decision Support Tool)

Communiqué du 15 mai 2020

IGAD --- FAO

Toutes les photos © P. Bastiaensen (oie) 2019

Plus d'informations

IRI

International Research Institute for Climate and Society (en Anglais)

Lecture recommandée
CPC NOAA

Africa NMME Monthly Precipitation Anomalies I May2020, Initial Conditions (en Anglais)

Lecture recommandée
ARS USDA

Rift Valley Fever Monitor (en Anglais)

Lecture recommandée
Partagez cet article