Addis Abéba, Ethiopie

L'OIE se joint à la première conférence Une Seule Sante de la CDC Afrique

L’OIE a contribué à la première conférence  Une Seule Santé‎ de la CDC Afrique qui s’est tenue virtuellement du 1 au 3 novembre 2021 en siégeant au comité scientifique de la conférence qui a supervisé l’examen de centaines de résumés soumis à la conférence, aidant ainsi à façonner le contenu de la conférence pour une inclusion équilibrée des questions de santé et de bien-être animal.

L’OIE a également présenté son ‘Cadre sanitaire en faveur de la faune sauvage‘ lors de la session du panel qui s’est tenue le 3 novembre 2020.

Photo (c) UA

 

Prochaines étapes pour Une Seule Santé - Faune et environnement

La session était présidée par le Dr Gladys Kalema Zikusoka, fondatrice et directrice générale de Conservation Through Public Health.

Les orateurs et les présentations suivants étaient également présents

  • Présentation des problèmes environnementaux émergents qui nécessitent une approche unique de la santé par M. Levis Kavagi, coordinateur pour l’Afrique des écosystèmes et de la biodiversité, Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).
  • Présentation sur les efflorescences algales nuisibles par Mme Esther Garrido Gamarro – Responsable des pêches, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
  • Présentation du ‘Cadre sanitaire en faveur de la faune sauvage’ par la Dre Chadia Wannous – Responsable régionale de Une Sente Sante pour l’Afrique, Organisation mondiale de la santé animale (OIE)
  • Présentation de l’outil d’évaluation du secteur de la faune sauvage par la Dre Catherine Machalaba – Conseillère politique principale, EcoHealth Alliance.
  • Suivi d’une discussion en groupe

 

La Dre Chadia Wannous, responsable régionale Une Seule Santé pour l’Afrique à l’OIE, a présenté le Cadre de l’OIE pour la santé de la faune sauvage, qui appelle à une surveillance et une gestion efficaces de la santé de la faune sauvage afin de réduire le risque d’émergence et de propagation des maladies à l’interface animal-homme-environnement, dans le cadre de l’approche Une Seule Santé. Elle a souligné le fait que l’OIE travaille sur la santé de la faune sauvage depuis 1994, avec la création de son Groupe de travail sur la faune sauvage qui conseille et soutient l’OIE sur toutes les questions de santé liées à la faune sauvage.

L’OIE maintient également un réseau d’experts dans le monde entier, issus des Laboratoires de Référence et des Centres Collaborateurs de l’OIE , afin de traiter des sujets globaux sur la santé animale tels que la surveillance des maladies de la faune sauvage.

Le réseau de points focaux nationaux de l’OIE pour la faune sauvage est essentiel pour fournir des informations sur les maladies de la faune sauvage au niveau national et mettre en œuvre les normes et lignes directrices pertinentes de l’OIE sur la faune sauvage, après une formation approfondie.

Toutes les photos faune sauvage (c) M. Aly (2021)

La présentation a également donné un aperçu tangible du projet de l’OIE sur la santé des animaux sauvages : le projet EBO-SURSY, financé par l’UE, sur une période de cinq ans (2017-2021) et prolongé jusqu’en 2024, qui vise à renforcer les systèmes de détection précoce de la faune sauvage et à améliorer la surveillance et la capacité de réponse dans 10 pays d’Afrique occidentale et centrale, pour quatre fièvres hémorragiques virales (FHV), dont Ebola, la fièvre de Lassa, la fièvre de la vallée du Rift et la fièvre hémorragique.

La Dre Wannous a précisé que les Membres de l’OIE se sont engagés à agir en adoptant le Cadre sanitaire pour la faune sauvage lors de la Session Générale de l’OIE en 2021 avec le Thème technique 88 SG/9 de l’OIE et la Résolution n° 31 qui l’accompagne, qui renforce la nécessité de promouvoir le rôle des Services Vétérinaires en tant que composante essentielle de la résilience Une Seule Santé.

Nos efforts pour lutter contre les pandémies doivent se concentrer sur la prévention à la source en adoptant l'approche "Une Seule Santé" qui rassemble de multiples secteurs, disciplines et communautés à tous les niveaux pour s'attaquer aux facteurs et aux voies de menaces aux interfaces entre l'animal, l'homme et l'environnement, tout en assurant l'intégrité de l'écosystème et la protection de la diversité

La Dre. Chadia Wannous, Responsable régionale "Une Seule Santé" pour l'Afrique, Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

Le Cadre sanitaire en faveur de la faune sauvage

Le cadre a deux objectifs primordiaux

  1. Les Membres de l’OIE améliorent leur capacité à gérer le risque d’émergence d’agents pathogènes dans la faune sauvage et de transmission à l’interface homme-animal-écosystème, tout en tenant compte de la protection de la faune sauvage.
  2. Les Membres de l’OIE doivent améliorer les systèmes de surveillance, la détection précoce, la notification et la gestion des maladies de la faune sauvage.

Le cadre définit six axes de travail qui sont alignés sur les piliers stratégiques de l’organisation afin que la santé de la faune sauvage soit véritablement intégrée dans les activités de l’OIE.

  1. la mise à jour et l’élaboration de lignes directrices et de normes relatives à la santé de la faune sauvage
  2. l’amélioration de la collecte, de la gestion et de la diffusion des données sur la santé de la faune sauvage,
  3. Le renforcement de la capacité des Services Vétérinaires en matière de surveillance et de gestion du risque.
  4. Le développement et la diffusion des connaissances scientifiques,
  5. La communication et la sensibilisation à l’importance de la santé de la faune sauvage, et
  6. Promotion de la coordination multisectorielle et de la collaboration avec les parties prenantes, y compris les partenaires internationaux de l’OIE travaillant sur la santé de la faune sauvage.

 

 

 

La Dre. Wannous a conclu la présentation en soulignant que dans un avenir proche, l’OIE prévoit :

  • Travailler avec ses membres et son réseau d’experts pour améliorer la surveillance de la santé de la faune sauvage et mieux utiliser les données de surveillance de la santé de la faune sauvage pour informer les politiques en matière de faune sauvage . Pour cela, l’OIE développera un système de notification des maladies de la faune sauvage appelé WAHIS-WILD.
  • Communiquer et plaider en faveur de la faune sauvage comme un atout plutôt qu’une menace
  • Soutenir l’intégration de la santé des animaux sauvages dans les normes internationales de santé animale.
  • Soutenir l’intégration de la santé de la faune sauvage dans les cadres politiques et législatifs nationaux.
  • Intégrer la santé de la faune sauvage dans les programmes de base de l’OIE, y compris les Ateliers Nationaux de Passerelles entre RSI-PVS, le Performance des Services Vétérinaires (PVS) et l’Observatoire de l’OIE.
  • Élaborer des orientations sur la réduction du risque de propagation des maladies par le biais du commerce des espèces sauvages et le long de la chaîne d’approvisionnement en espèces sauvages (dans le but de protéger la faune sauvage et la santé humaine).
En savoir plus

Une Seule Santé

AFRICA CDC

CONFERENCE INAUGURALE UNE SEULE SANTE CDC-AFRIQUE

Lecture recommandée
Projet

EBO SURSY

Lecture recommandée
Partager sur les réseaux sociaux