Maputo, Mozambique

Maputo, Mozambique, accueille une conférence régionale sur la rage

La 10ème conférence internationale de SEARG (groupe thématique sur la rage de l’Afrique australe et orientale), qui s’est tenue à Maputo du 25-28 janvier 2011, a commencé, la soirée du 24 janvier, avec l’ouverture officielle par le Ministre de l’Agriculture du Mozambique, l’honorable M. José Pacheco. La Déléguée OIE du Mozambique, Dr. Florência M. Cipriano a également assisté à l’occasion.

Les participants du secteur public qui ont participé à la conférence ont inclus des épidémiologues, des diagnosticiens de laboratoire et des chercheurs, y compris 5 des 6 Laboratoires de Référence de l’OIE pour la Rage, alors que le secteur privé était repréenté par des fabricants de vaccins.

Des organismes internationaux étaient également représentés. Sous les auspices du projet IDENTIFY, l’OIE avait invité 10 participants dont 8 sont des vétérinaires impliqués dans le diagnostic de la rage au sein des laboratoires vétérinaires centraux du Cameroun, de la République Centrafricaine, de la Republique Démocratique du Congo, du Gabon, de la République du Congo, du Rwanda, de la Tanzanie et de l’Ouganda.

Le projet IDENTIFY vise à renforcer les capacités de diagnostique de laboratoire dans la région du bassin du Congo. Les pays participants ont partagé leurs expériences et ont tiré bénéfice des nombreuses présentations et discussions sur des projets et des programmes de rage à travers le monde. Celles-ci portaient sur le contrôle de la rage chez les animaux domestiques et sauvages, la rage humaine, immunisations, outils diagnostiques, les travaux d’autres organismes y compris les laboratoires de référence. Une présentation a été faite par l’OIE sur les recommandations de l’OIE concernant le contrôle des chiens errants (initiatives des organismes internationaux portant sur le contrôle de la rage). A également été présentée, une proposition pour l’établissement d’un sous-réseau ‘rage’ du réseau des laboratoires vétérinaires RESOLAB qui bénéficierait aux pays du bassin du Congo.

Dr Sylvain P. Enkoro du Gabon répond aux questions. A côté de lui, Dr Prosper Kabambi Ngabu de la RDC. Crédit photo (c) Neo J. Mapitse (oie) 2011.

Partagez cet article