Paris, France

Questions et réponses au sujet du nouvel Coronavirus 2019

Qu’est-ce que le nouvel CoV 2019?

Les coronavirus (CoV) sont une famille de virus à ARN (acide ribonucléique). Ils sont appelés coronavirus parce que la particule virale présente une «couronne» (corona) caractéristique de protéines de pointe autour de son enveloppe lipidique. Les infections à CoV sont courantes chez les animaux et les humains. Certaines souches de CoV sont zoonotiques, ce qui signifie qu’elles peuvent être transmises entre les animaux et les humains, mais de nombreuses souches ne sont pas zoonotiques.

Chez l’homme, le CoV peut provoquer des maladies allant du rhume à des maladies plus graves telles que le Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient (causé par le MERS-CoV) et le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (causé par le SRAS-CoV). Des enquêtes détaillées démontrent que le SRAS-CoV a été transmis par des civettes aux humains et le MERS-CoV de dromadaires aux humains.

Le 31 décembre 2019, des cas humains de pneumonie d’étiologie inconnue ont été signalés dans la ville de Wuhan, dans la province chinoise du Hubei. Un CoV, nommé nouvel CoV 2019 ou 2019-nCoV, a été identifié comme le virus causal par les autorités chinoises le 7 janvier 2020. Depuis lors, des cas humains ayant des antécédents de voyage à Wuhan ont été signalés par plusieurs provinces chinoises et par un certain nombre de pays en dehors de la Chine.

Pour des informations mises à jour, veuillez consulter le site web de l’OMS: https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019 (en Anglais)

 

Les animaux sont-ils responsables des infections au n-CoV 2019 chez l’homme?

Les données sur les séquences génétiques révèlent que le 2019-nCoV est un proche parent des autres CoV trouvés circulant dans les populations de rhinolophes (chauves-souris Rhinolophus spp.)  L’on soupçonne que le 2019-nCoV pourrait avoir une source animale, mais des études supplémentaires sont nécessaires pour le confirmer.

Bien que l’on soupçonne que l’introduction initiale de 2019-nCoV chez l’homme pourrait provenir d’une source animale, la voie de transmission prédominante et ultérieure semble être de l’homme à l’homme.

Les recherches en cours sont importantes pour identifier la source animale (y compris les espèces) et établir le rôle potentiel d’un réservoir animal dans cette maladie.

Y a-t-il des précautions à prendre vis-à-vis d’animaux vivants ou des produits animaux?

Conformément aux conseils donnés par l’OMS, par mesure de précaution générale, lors de la visite de marchés de bétail, de marchés de produits frais ou de manière générale, des marchés de produits d’origine animale, des mesures générales d’hygiène doivent être appliquées, y compris un lavage régulier des mains avec du savon et de l’eau potable après avoir touché des animaux et des produits d’origine animale, tout en évitant de toucher les yeux, le nez ou la bouche avec les mains et en évitant tout contact avec des animaux malades ou des produits animaux dégradés. Tout contact avec d’autres animaux vivant éventuellement sur le marché (par exemple, des chats et chiens errants, rongeurs, oiseaux, chauves-souris) doit être strictement évité. Il faut également veiller à éviter tout contact avec des déchets ou des fluides animaux potentiellement contaminés sur le sol ou les structures des magasins et des marchés.

Les recommandations standard émises par l’OMS pour prévenir la propagation de l’infection comprennent le lavage régulier des mains, la couverture de la bouche et du nez lors de la toux et des éternuements, et la cuisson minutieuse de viandes et œufs. Évitez le contact de proximité avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que toux et éternuements. La viande crue, le lait ou les organes animaux doivent être manipulés avec soin, pour éviter une contamination croisée avec des aliments non cuits, conformément aux bonnes pratiques de sécurité alimentaire.

D’autres recommandations de l’OMS peuvent être consultées ici: https://www.who.int/health-topics/coronavirus#

Sur base des informations actuellement disponibles, les restrictions de voyage ou des restrictions commerciales ne sont pas recommandées.

Que fait l’OIE?

L’OIE est en contact avec sa Représentation Régionale pour l’Asie et le Pacifique, le Délégué de l’OIE pour la Chine et les Services Vétérinaires nationaux, le Groupe de Travail de l’OIE sur la faune, ainsi que la FAO et l’OMS, pour recueillir et partager les dernières informations. L’OIE est en liaison étroite avec son réseau d’experts impliqués dans les enquêtes en cours sur l’origine de la maladie. Les rumeurs et les informations non officielles font également l’objet d’un suivi quotidien.

Quelles sont les responsabilités internationales des Autorités Vétérinaires dans cet événement?

La détection du 2019-nCoV chez les animaux répond aux critères de déclaration à l’OIE par le biais de WAHIS, conformément au Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE en tant que maladie émergente.

Par conséquent, toute détection de 2019-nCoV chez un animal (y compris des informations sur l’espèce, des tests de diagnostic et des informations épidémiologiques pertinentes) doit être signalée à l’OIE.

Il est important que les Autorités Vétérinaires restent informées et maintiennent une liaison étroite avec les autorités de santé publique et les responsables de la faune, afin d’assurer des messages de communication des risques cohérents et appropriés et une gestion des risques.

Une gestion efficace des risques de biosécurité et une coopération avec les autorités d’inspection devraient être maintenues aux frontières.

Partagez cet article