Tunis, Tunisie

Réunion de l'OIE sur la rage devrait faire progresser les pays vers des stratégies efficaces d'élimination de la rage en Afrique du Nord

Une trentaine de personnes, composées d'experts de santé animale et de santé publique en provenance d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, ainsi que des représentants de ministères de l'intérieur et / ou des collectivités locales, responsables de la gestion de la population canine dans les municipalités, se sont réunis en Tunisie pour avancer sur la voie de l'harmonisation des stratégies d'élimination de la rage transmise par le chien chez l'homme.

Dans le cadre du projet de l’OIE pour soutenir des actions pilotes en faveur de l’élimination de la rage transmise par les chiens chez l’homme en Afrique, l’OIE a organisé un séminaire sous-régional sur la rage en Afrique du Nord à Tunis, en Tunisie, les 24 et 25 juillet 2019. Le Ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche de la Tunisie, Samir Taieb, a officiellement ouvert la réunion en réitérant l’engagement de la Tunisie à lutter contre la rage dans le cadre de l’approche « Une Seule Santé» par le renforcement des collaborations intersectorielles.

La composante du projet fait partie d’un projet plus large “Renforcement des Services Vétérinaires dans les pays en voie de développement + rage” (SVSDC + R) financé par l’Union Européenne, qui se termine en décembre 2019.

Une trentaine de personnes ont participé au séminaire, dont des experts en santé animale et santé publique de l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, ainsi que des représentants des ministères de l’intérieur et / ou des collectivités locales responsables de la gestion des populations de chiens dans les municipalités.

En outre, le Directeur des Services Vétérinaires et D élégué du Kenya auprès de l’OIE ainsi qu’un représentant du projet pilote d’élimination de la rage en cours au Kenya, géré par l’OIE et l’Unité des Maladies Zoonotiques (ZDU) du Kenya ont également assisté à la réunion. Une représentante du Projet pilote d’élimination de la rage dans le nord de la Namibie, géré par l’OIE avec le soutien technique du Friedrich-Loeffler-Institut (FLI) et des Services Vétérinaires de Namibie a aussi participé au séminaire. Ont également assisté à la réunion des représentants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Tunisie et au Maroc, ainsi qu’une experte du siège de l’OMS (Genève). Des représentants des bureaux de l’OIE à Tunis, Nairobi et Paris ont également contribué au programme de travail de la réunion.

Les objectifs du séminaire étaient de promouvoir la collaboration entre les autorités vétérinaires, de la santé publique et des autorités locales sous l’égide du concept « Une Seule Santé », dans la lutte contre la rage, d’accroître la volonté politique et de promouvoir l’élimination de la rage par le chien dans la région du Maghreb, en alignant les politiques et les stratégies entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Ces pays ont eu l’occasion de partager leur situation épidémiologique, leur stratégie nationale, leur plan de vaccination des chiens, leur plan des PPE (prophylaxie post-exposition) ainsi que le contrôle de leur population de chiens errants afin de tirer aussi profit des expériences de la Namibie et du Kenya.

Après les exposés en séance plénière, les pays ont examiné «les cinq piliers de l’élimination de la rage (STOP-R)» définis dans le Cadre mondial pour l’élimination de la rage humaine transmise par le chien afin de mettre en évidence les atouts, les lacunes et les opportunités de chaque pilier. Cet exercice aidera à établir des feuilles de route intersectorielles aux niveaux national et régional :

Cette séance de travail a également ouvert la voie à la discussion finale au cours de laquelle les participants ont identifié plusieurs défis et solutions communs dans le cadre de la collaboration régionale. Certains d’entre eux sont listés ci-dessous:

  • Partager des données / informations sur des sujets liés à la lutte antirabique (publications, par exemple);
  • Partager leurs plans stratégiques nationaux et standard operating procedures (SOP);
  • Célébrer ensemble la «Journée mondiale contre la rage» (par exemple, un pays invitera des représentants des pays voisins);
  • Développer des actions appropriées pour cibler les zones à haut risque telles que les zones rurales;
  • Cartographier tous les acteurs civils potentiels (par exemple, les ONGs) travaillant dans ce domaine à inclure / impliquer dans la lutte contre la rage;
  • Renforcer les capacités sur le terrain et la recherche;
  • Mettre en œuvre et valoriser des projets pilotes.

Les résultats de cet atelier seront présentés aux Directeurs des Services Vétérinaires des pays membres du REMESA lors de la réunion à Chypre prévue à la fin de 2019.

Lectures conseillées :

The time is now !

Global Framework for the Elimination of Dog-mediated Rabies

STOP-R

Lecture recommandée

Photo de groupe. Crédit photo (c) Mohamed Ben Daya (oie) 2019. 

Crédit photos (c) A. Ripani and P. Bastiaensen (oie) 2019. 

Plus d'informations :

Windhoek, Namibie

La région de la SADC réaffirme son engagement à éliminer la rage transmise par le chien d'ici 2030

4/04/2018
Lecture recommandée
Rabies SG NEWS SG 87
OIE

Portail rage de l'OIE

Lecture recommandée
Tunis, Tunisie

Le programme national de lutte contre la rage animale du Ministère de l’Agriculture en Tunisie sous la loupe.

26/09/2017
Lecture recommandée

I

Tunis, Tunisie

La Banque régionale de vaccins antirabiques de l’OIE effectue de nouvelles livraisons en Tunisie, aux Philippines et en Indonésie

15/03/2016
Lecture recommandée
A. Ripani, K. Oukaili

Elimination de la rage en Tunisie (en Anglais)

28/09/2018
Lecture recommandée
Tunis, Tunisie

Séminaire RECOMSA dédié à la stratégie de communication, de sensibilisation et de formation vis-à-vis de la rage pour les pays du Maghreb (Tunis)

5/11/2015
Lecture recommandée
Partagez cet article