PPA

La peste porcine africaine revient-elle en puissance en Afrique ?

La peste porcine africaine revient-elle en puissance en Afrique ?

Longtemps considérée comme une maladie véritablement “africaine”, affectant parfois le voisinage africain en Europe du Sud (Espagne, Portugal, Italie) et – dans les années 70 – une incursion de dix ans dans un certain nombre d’îles des Caraïbes (et au Brésil), la PPA s’est lancée dans une invasion sans précédent du (reste du) monde autour de 2006, avec une première introduction signalée bien au-delà de son aire géographique habituelle dans le Caucase, en Géorgie en 2007.

À l’époque, la nouvelle lignée II de PPA, dite “souche Géorgie 1/2007” avait été retracée à partir de souches rencontrées à Madagascar, au Mozambique et en Zambie, principalement [1].

Depuis, la nouvelle souche géorgienne s’est répandue en Europe occidentale, en Europe centrale et orientale, en Eurasie, en Russie et, finalement et inévitablement, en Asie du Sud-Est et de l’Est, l’impact majeur se faisant sentir en Chine, premier producteur mondial de viande de porc. Détectée pour la première fois en Chine en août 2018, la maladie s’est maintenant étendue à toutes les provinces de la Chine continentale et plusieurs millions de porcs ont été abattus dans un effort pour enrayer sa propagation. Selon les estimations de l’industrie, 150 à 200 millions de porcs (soit 30 % de la population en Chine) avaient été infectés à la mi-2019, tandis que certains rapports de presse indiquent qu’une fois que l’on considère que l’infection est sous-rapportée, le chiffre peut atteindre 50–70% [2].

 

 

 

 

 

[1] Rowlands, Rebecca & Michaud, Vincent & Heath, Livio & Hutchings, Geoff & Oura, Chris & Vosloo, Wilna & Dwarka, Rahana & Onashvili, Tinatin & Albina, Emmanuel & Dixon, Linda. (2009). African Swine Fever Virus Isolate, Georgia, 2007. Emerging infectious diseases. 14. 1870-4. 10.3201/eid1412.080591.

[2] Mason-D’Croz, D., Bogard, J.R., Herrero, M. et al. Modelling the global economic consequences of a major African swine fever outbreak in China. Nat Food 1, 221–228 (2020). https://doi.org/10.1038/s43016-020-0057-2

Pendant ce temps, en Afrique, la vie-avec-la-maladie se déroulait comme d’habitude. Généralement considérée comme endémique ou fréquente, mais légèrement épizootique et isolée, la peste porcine africaine est considérée comme un candidat problématique à l’éradication en raison de l’absence de vaccin et l’existence de nombreux réservoirs dans la faune sauvage, comme partout ailleurs dans le monde. Pensons aux phacochères, aux potamochères, aux sangliers,… En outre, dans certaines régions d’Afrique orientale, centrale et australe, la PPA est également transmise par des vecteurs, c’est-à-dire par des tiques (Ornithodoros spp.). Lorsque cela est possible, mais souvent impossible à adopter, le mot d’ordre est donc la biosécurité.

Potamochère. Photo (c) N. Bastiaensen (nielsbastiaensen.com) 2018

 

Les données du WAHIS, depuis sa création en 2005, indiquent que des “événements épidémiologiques exceptionnels” liés à la PPA, c’est-à-dire la plupart des foyers (individuels ou groupés), ont été signalés à un taux faible et constant, jusqu’en 2017 – 2018, lorsque le nombre de “notifications immédiates” a commencé à augmenter, indiquant un nombre plus élevé de foyers de nature épizootique, soit dans de nouveaux territoires, c’est-à-dire à l’intérieur des pays, soit introduits dans des pays jusque-là indemnes.

Notifications immédiates (moyenne mobile sur trois ans)

Au fil des années, 43 foyers justifiant une notification immédiate ont été soumis à l’OIE par :

  • Afrique du Sud (7)
  • Benin
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Cabo Verde
  • Cote d’Ivoire (3)
  • Kenya (5)
  • Mali
  • Maurice

 

 

  • Namibie (3)
  • Nigeria (3)
  • RCA (2)
  • Sierra Leone
  • Tanzanie (2)
  • Tchad (3)
  • Zambie (5)
  • Zimbabwe (3)

Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de notifications immédiates soumises si supérieur à 1.

Carte des pays ayant déclaré la PPA à l’OIE (WAHIS) depuis 2005. Les pays encerclés sont Cabo Verde (à l’ouest) et Maurice (à l’est).

Rien que cette année, en date du 8 août, 5 pays ont déclaré la PPA : Sierra Leone, Afrique du Sud, Namibie, Nigeria et Zambie. Si la tendance se maintient, l’année 2020 verra apparaître le plus grand nombre de foyers enregistrés en Afrique depuis 2005, année du lancement de WAHIS.

Bien que les données du WAHIS n’expliquent pas aisément les raisons qui justifient la notification d’un ou plusieurs foyers à l’OIE, la tendance est incontestablement à la hausse, même dans les pays où la PPA est considérée comme endémique, récurrente et n’est généralement pas rapportée, sauf dans le cadre de rapports semestriels.

Au cours des 15 dernières années, 86 % des notifications immédiates ont été justifiées – conformément à la réglementation de l’OIE – par la réapparition d’une maladie listée, précédemment notifiée à l’OIE et 12 % par une première apparition.

Justifications pour les notifications immédiates

 

 

Toutefois, l’évaluation du nombre de foyers signalés dans les rapports semestriels (qui reflètent le plus souvent une situation endémique) fait apparaître un tableau différent, mais sans doute dominé par quelques pays (souvent plus petits) qui rapportent régulièrement un nombre élevé de foyers, par exemple le Bénin, le Togo, le Cameroun, la République Démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, rapportant en moyenne entre 20 et 46 foyers par an, sur un nombre total de foyers sur le continent d’environ 220 foyers par an.

Foyers de PPA signalés par le biais des rapports semestriels WAHIS entre (janvier) 2005 et (décembre) 2019. La ligne marron-claire indique le nombre moyen de foyers rapportés par rapport au nombre de pays ayant soumis des rapports sur des foyers. L’histogramme indique le nombre de pays ayant signalé des foyers (sur les 54 Membres de l’OIE en Afrique).

Carte des pays ayant déclaré la PPA par le biais de rapports semestriels à l’OIE (WAHIS) depuis 2005. Les pays encerclés sont Cabo Verde (à l’ouest) et Maurice (à l’est).

 

La PPA est-elle donc sur le chemin du retour après une tournée mondiale réussie ? L’augmentation du nombre de foyers de PPA hautement mortels est-elle une indication que les porcs africains ou – du moins – les espèces de porcs domestiques acclimatées ont du mal à faire face à la souche géorgienne, ce qui laisse présager de nouvelles introductions du virus en provenance de l’extérieur de l’Afrique ? D’une part, les données WAHIS ne semblent pas indiquer de changement dans les taux de létalité, en raison d’une souche virale plus virulente, le taux de létalité dans la plupart des notifications (58%) depuis 2006 étant déjà supérieur à 95%.

En outre, le génotype II, lié à la souche géorgienne, dans une étude sur l’Afrique de 2018 réalisée par Penrith et al [3], n’est toujours signalé que dans les premiers pays d’origine, à savoir Madagascar, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe, ainsi que Maurice (épidémies de 2007 – 2008).

En fin de compte, si les foyers de peste porcine africaine rapportés à WAHIS ne sont que la partie émergée de l'iceberg, l'iceberg s'est peut-être simplement agrandi.

 

 

 

Une explication beaucoup plus simple – mais spéculative étant donné l’absence de données de recensement fiables et/ou actualisées – est l’augmentation des élevages traditionnels de porcs à travers le continent. Les données démographiques WAHIS pour (la plupart) des pays qui ont signalé la PPA au fil des ans indiquent une augmentation annuelle moyenne de 4,5 % des “suidés”, avec une croissance exceptionnellement élevée (en chiffres absolus et en pourcentage) dans des pays tels que le Malawi, le Sénégal et le Tchad (en hausse au delà de 500 % sur une période de dix ans allant de 2007/2008 à 2017/2018).

En fin de compte, si les foyers de peste porcine africaine rapportés à WAHIS ne sont que la partie émergée de l’iceberg, l’iceberg s’est peut-être simplement agrandi.

Téléchargez “Lutte mondiale contre la peste porcine africaine (une initiative du GF-TADs) 2020 – 2025”  (“Global Control of African Swine Fever (a GF-TADs initiative) 2020 – 2025”  – en Anglais)

Plus d'informations

PPA

Matériel de communication

Lecture recommandée
PPA

GF-TADs Afrique

Lecture recommandée
PPA

Réunion Scientifique 2021 Alliance Mondiale de Recherche sur la PPA (GARA)

24/08/2020
Lecture recommandée
Partagez cet article