SAA

Maintenir une attention pour les aspects sanitaires dans le contexte de la croissance rapide du secteur aquacole en Afrique

Protéger les ressources aquatiques de l'Afrique contre les maladies dévastatrices et renforcer la biosécurité dans tous les secteurs

Il est de plus en plus important de maintenir les animaux aquatiques en bonne santé, compte tenu de la  demande accrue de protéines animales de haute qualité. Cette protéine proviendra probablement en grande majorité de l’aquaculture. Aujourd’hui, environ la moitié du poisson et des produits halieutiques consommés dans le monde provient de l’aquaculture. L’élevage d’animaux aquatiques devrait s’intensifier considérablement en Afrique dans un avenir proche.

L’augmentation du commerce mondial et l’intensification de la production d’animaux aquatiques créent de nouveaux défis zoo-sanitaires pour l’aquaculture. Les maladies des animaux aquatiques peuvent avoir des effets dévastateurs sur la production et les moyens de subsistance des producteurs.

Les défis zoo-sanitaires, propres aux animaux aquatiques sont la variété d’espèces élevées : poissons d’eau douce, poissons d’eau salée, mollusques, amphibiens et crustacés, dans des systèmes de production variés, souvent ouverts à l’environnement. Pour soutenir la croissance de l’industrie, la santé des animaux aquatiques doit être surveillée et gérée avec soin pour surmonter les défis sanitaires liés à ces nombreuses espèces, les volumes commerciaux élevés et les méthodes de production.

Le Code sanitaire pour les animaux aquatiques de l’OIE (souvent appelé Code aquatique) est la référence internationale pour la surveillance, la prévention des, et la lutte contre les maladies spécifiques des animaux aquatiques. Le Manuel de l’OIE sur les tests de diagnostic pour les animaux aquatiques énonce les exigences de diagnostic et de dépistage des maladies énumérées dans le Code aquatique (et de certaines des maladies qui ont été supprimé de la liste par le passé). Les échanges transfrontaliers, régionaux et internationaux sont des facteurs de risque bien connus de propagation de maladies animales. S’il n’est pas géré correctement, le commerce peut propager des maladies dans de nouvelles zones géographiques et de nouvelles maladies peuvent émerger.

L’OIE est reconnue par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) comme l’organisme de normalisation des exigences minimales pour un commerce dénué de risques des poissons, des crustacés, des amphibiens et des mollusques et de leurs produits.

L’interface utilisateur pour les maladies aquatiques du Système d’information zoo-sanitaires mondiales (WAHIS) de l’OIE recueille et fournit des données sur les maladies des animaux aquatiques. Les membres de l’OIE sont tenus de notifier les maladies des animaux aquatiques présentes et émergentes sur le portail WAHIS.

 

Bien-être des animaux aquatiques

L’élevage d’animaux aquatiques représente des responsabilités éthiques, car les animaux – y compris les animaux aquatiques – sont des êtres sentients. Il faut éviter toute souffrance inutile. Le Code aquatique de l’OIE comprend plusieurs normes internationales sur l’élevage des poissons, le transport (chapitre 7.2.), l’étourdissement et la mise à mort pour la consommation humaine (chapitre 7.3.) et pour la mise à mort à des fins de lutte contre les maladies (chapitre 7.4.).

Maladies (derniers foyers en Afrique)

Toutes les alertes

 

13/02/2020 Afrique du Sud: Herpèsvirose de la carpe koi

02/02/2018  Afrique du Sud : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

02/02/2018  Afrique du Sud : Herpèsvirus de la carpe koi

03/10/2016  Afrique du Sud : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

19/08/2016  Zimbabwe : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

01/08/2016  Kenya : Infection par le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (truite arc-en-ciel) 

03/05/2016  Afrique du Sud : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

12/08/2015  Afrique du Sud : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

11/03/2015  Afrique du Sud : Infection à Aphanomyces invadans (syndrome ulcératif épizootique)

Liens réseaux sociaux (cours de formation des points focaux)

FLICKR
Dar es Salaam (2018)

Album photo Flickr

Lecture recommandée
FLICKR
Grahamstown (2011)

Album photo Flickr

Lecture recommandée
FLICKR
Swakopmund (2010)

Album photo Flickr

Lecture recommandée
FLICKR
Maputo (2008)

Album photo Flickr

Lecture recommandée