Projet EBO-SURSY

Activités

Les activités sont organisées autour de trois objectifs

Amélioration des capacités institutionnelles et de type « Une seule santé » par l’enseignement et la formation

Les systèmes de surveillance de santé humaine et de santé animale se fondent sur l’approche « Une seule santé ». L’OIE et ses partenaires développent des capacités en termes d’épidémiologie, de systèmes de surveillance, de techniques de laboratoire et de prélèvement d’échantillons sur la faune sauvage, les humains et les animaux domestiques, renforçant ainsi l’aptitude d’un pays à notifier l’apparition de foyers de maladie animale dans le Système mondial d’information sanitaire (WAHIS). Le jumelage entre laboratoires des pays participants permet de développer des réseaux d’apprentissage et d’améliorer les capacités de diagnostic dans la région. Les formations à court et à long terme, l’apprentissage en ligne et les stages ou modèles d’apprentissage interactif sont adaptés tant aux étudiants qu’aux professionnels, notamment aux vétérinaires, médecins et écologues.

Sensibilisation accrue des communautés aux maladies zoonotiques

Les conférences et les publications permettent de diffuser au public les résultats des recherches scientifiques menées sur la maladie à virus Ebola (MVE) et d’autres fièvres hémorragiques dans le cadre du projet. Des outils de communication intégrant les concepts « Une seule santé » sont développés et diffusés aux communautés à risque ainsi qu’aux Services vétérinaires et aux autorités responsables de la santé publique et de la santé de la faune sauvage. Ces outils permettent d’augmenter la prise de conscience des communautés à l’égard de la MVE et d’autres fièvres hémorragiques.

Renforcement des protocoles de surveillance des maladies zoonotiques grâce aux enquêtes sur le terrain et à de meilleurs tests de diagnostic

Des modèles prédictifs et des outils d’appréciation du risque fondés sur une meilleure compréhension du cycle de transmission des virus, notamment des réservoirs potentiels chez la faune sauvage pour les fièvres hémorragiques virales et des facteurs environnementaux, sont développés pour améliorer la détection et la surveillance des virus. Grâce aux enquêtes épidémiologiques, il sera possible d’identifier et d’évaluer les principaux risques sanitaires (réels ou perçus) associés à la faune sauvage, à la viande de brousse et aux activités humaines en Afrique occidentale et centrale afin d’améliorer les protocoles de surveillance des maladies intégrant la faune sauvage.

Apprenez-en davantage sur les objectifs du projet grâce aux données infographiques ci-dessous !

Pérennité

L’ensemble du projet s’inscrit dans une optique pérenne. Le Projet EBO-SURSY vise, en particulier, à faciliter le partage des données scientifiques, y compris la diffusion d’informations aux populations concernées. Le projet dispensera également des formations techniques aux professionnels des secteurs de la santé humaine, animale et environnementale en vue de renforcer durablement leurs capacités et leur permettre de poursuivre les actions engagées une fois le projet arrivé à son terme.

Photos : ©OIE/S. Muset