PPCB

Péri-Pneumonie Contagieuse Bovine

Informations générales

Stratégie Régionale pour les maladies animales transfrontalières prioritaires (2021 – 2025)

 

F/Aph         FVR           PPA           PPCB          PPR

La maladie pulmonaire du bétail ou péripneumonie contagieuse bovine (PPCB), causée par Mycoplasma mycoides subsp. mycoides SC (MmmSC) est véritablement une maladie africaine, depuis longtemps éradiquée du monde développé, qui représente un fardeau considérable pour les propriétaires de bétail dans de nombreuses régions d’Afrique, en allant du Sénégal et de la Gambie à l’ouest jusqu’en Somalie à l’est, et jusqu’en Namibie et Tanzanie au sud.

Carte : Absence/présence de la PPCB en 2019 (WAHIS, 2020)

Carte : Absence/présence de la PPCB en 2011 (FAO/OIE/AIEA/BIRA, 2012)

Ces dernières années, la maladie a vu sa zone de propagation augmenter en Afrique (par exemple au Sénégal en Afrique de l’Ouest, au Gabon en Afrique centrale) et le nombre de foyers augmenter dans les régions où elle était déjà présente. Elle est actuellement signalée comme étant présente par environ 18 pays (WAHIS, janvier – juin 2019), les derniers foyers ayant été signalés en Namibie (2019) et en Gambie (2018).

En tant que maladie de la liste de l’OIE, soumise à une procédure de déclaration vérifiée par l’OIE, seuls quatre pays africains sont actuellement officiellement indemnes de la PPCB, à savoir l’Afrique du Sud, le Botswana, eSwatini (à l’échelle du pays) et la Namibie (zone située au sud de la barrière du cordon vétérinaire).

Plusieurs facteurs compliquent la lutte contre la PPCB : le fait que la maladie est considérée comme une maladie de production, avec une mortalité plutôt limitée, que la viande provenant d’animaux infectés est toujours autorisée pour consommation humaine, que la maladie est couramment traitée avec des antibiotiques, atténuant les symptômes, mais propageant en même temps l’infection par l’intermédiaire de porteurs et – surtout – l’efficacité limitée des vaccins disponibles, principalement basés sur les souches atténuées T1/44 et T1sr.

Bien que des vaccins vivants atténués (T1/44 et T1sr) soient disponibles, leur protection est limitée à un maximum de 12 mois, ce qui nécessite des efforts logistiques considérables pour obtenir une protection au niveau de la population. Une contrainte supplémentaire à l’obtention d’un statut d’absence démontrée d’infection ou de maladie est la nécessité de mettre en place des systèmes d’identification et de traçabilité des animaux.

Par conséquent, la PPCB ne peut être contrôlée de manière réaliste qu’au moyen d’une série de mesures, dont le contrôle des mouvements, ce qui en fait une maladie animale véritablement transfrontalière. Dans un document publié en 1987, dans la Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., Provost et al. affirment que l’éradication de la PPCB est possible à condition que tous les bovins soient vaccinés pendant plusieurs années consécutives et que tous les animaux malades soient abattus d’urgence. Les dernières orientations sur la PPCB remontent à 2003 ( http://www.fao.org/3/a-y5510e.pdf ), ce qui démontre que la PPCB est malheureusement devenue un bien public négligé.

Documents de référence (sélection)

Photo (c) Vaccine and Infectious Disease Organization – International Vaccine Centre

Centres de Référence OIE et FAO en Afrique

Laboratoire de Référence OIE

Dr Chandapiwa Marobela Raborokgwe
National Veterinary Laboratory
Private Bag 0035
Gaborone
BOTSWANA

Tel: +267 392 87 16
Email: [email protected]

 

 

Centre de référence de la FAO pour l’assistance technique en matière de contrôle de la qualité des vaccins vétérinaires

Centre collaborateur de l’OIE pour le contrôle de la qualité des vaccins vétérinaires

Dr Nick Nwankpa
Pan African Veterinary Vaccines Centre (PANVAC)
African Union
P.o.box 1746, Debre Zeit,
ETHIOPIA

Tel: +251 – 11 4338001
Email: [email protected]
Email: [email protected]

 

 

Réseaux mondiaux OIE / FAO de recherche et d’expertise

  • Aucun

Plus d'information:

PPCB

Portail OIE

Lecture recommandée