L'Éthiopie, premier pays africain à bénéficier d'une formation interne PVS de l'OIE pour son personnel vétérinaire.

Jeu de rôle: interroger de manière critique et approfondie le personnel des Services Vétérinaires sur les «compétences critiques» du PVS. Photo © P. Bastiaensen (oie) 2018.

 

Plus de 40 professionnels vétérinaires éthiopiens ont pris part au premier atelier national de formation et d’orientation sur le Processus PVS de l’OIE, à Addis-Abeba, cette semaine. La République Fédérale Démocratique d’Éthiopie est gouvernée, comme son nom l’indique, par un système fédéral comprenant neuf États régionaux (et deux zones métropolitaines), chacun jouissant d’une autonomie considérable.

Compte tenu de ce montage institutionnel, l’Ethiopie avait sollicité le concours de l’OIE pour l’aider à mieux entreprendre une auto-évaluation PVS, y compris aux niveaux décentralisés,  afin d’étoffer les rapports d’évaluation PVS de l’OIE au niveau national.

Ce type de formation de l’OIE sur l’approche PVS a déjà été mené au sein de l’Union Européenne, en Chine, en Australie, au Canada, en Inde et, dernièrement, au Mexique. Ceci signifie que l’approche de formation a été développé et raffinné depuis plusueirus années, pour bénéficier à cet atelier, qui représentait donc la première formation PVS réalisée sur le continent  Africain.

Le Gouvernement de l’Éthiopie avait demandé un appui en formation PVS de l’OIE pour mettre en place une capacité d’autoévaluation PVS peu après l’évaluation PVS de 2011 et l’analyse des écarts PVS de 2012. Cet atelier tant attendu s’est tenu à l’hôtel Getfam et a réuni quelque 43 vétérinaires de l’autorité vétérinaire nationale, relevant du ministère (fédéral) de l’élevage et de la pêche, des services vétérinaires déconcentrés au niveau régional, ainsi que la métropole d’Addis-Abeba, diverses universités, laboratoires ( NAHDIC et VDFACA ) et l’Association Vétérinaire Ethiopienne (EVA).

Animée par le Service des Activités Régionales de l’OIE et la Représentation Sous-régionale pour l’Afrique de l’Est, l’équipe de formateurs, composée des Drs. John Stratton, John Weaver et Patrick Bastiaensen a dirigé une série d’exercices pratiques dans le but de familiariser les participants avec la structure et la logique de l’outil PVS, conduisant à une simulation d’évaluation dans un pays hypothétique (africain) et se terminant par une séance en groupes de travail au cours de laquelle les grandes lignes d’un programme d’auto-évaluation pour l’Éthiopie ont été exposées.

À l’exception des coûts liés à la participation de l’équipe de formateurs de l’OIE, l’atelier a été entièrement financé sur des ressources identifiées par le Gouvernement Ethiopien.

Le prochain atelier ciblera une sélection de pays africains anglophones et se tiendra à Johannesbourg, en Afrique du Sud, du 26 au 28 juin 2018, suivi d’un séminaire régional similaire pour les pays africains francophones, qui se tiendra à Dakar, au Sénégal, du 10 au 12 juillet 2018.

Photo de groupe. Photo © P. Bastiaensen (oie) 2018.

John Stratton

John Stratton, Service des Actions Régionales de l’OIE, Paris. Photo © P. Bastiaensen (oie) 2018.

John Weaver (à droite) passe en revue certains des résultats d’un exercice de groupe avec l’un des rapporteurs de groupe. Photo © P. Bastiaensen (oie) 2018.

Plus d'informations :

PVS

Les missions du Processus Performance des Services Vétérinaires (PVS): état d'avancement en Afrique

17/01/2020
Lecture recommandée
OIE

Processus PVS

Lecture recommandée

Liens réseaux sociaux

FLICKR
PHOTOS DE L'EVENEMENT

Album photo Flickr

Lecture recommandée
Partagez cet article